Fertilisation et engrais naturels et bio

Un meilleur stockage des graines et des semis réussis à tout coup

C'est un plaisir pour chacun de nous, jardinier ou pas, de nous essayer à faire germer les graines récoltées l'année précédente… Alors pour un massif personnel de A à Z, voici quelques conseils à suivre.

SOMMAIRE

I. Comment stocker et conserver les graines récoltées dans le jardin?


Quelles sont les règles de base pour une meilleure conservation?

Je récolte les graines à maturité ; dans le massif, je peux ainsi conserver par espèce, quelques fleurs qui produiront les graines pour une remise en culture. Je peux supprimer les autres fleurs pour ne pas épuiser la plante et conserver tout de même un beau massif jusqu'à l'automne.

Je stocke les graines que je ne sème pas après récolte, dans des bocaux hermétiques, dans un endroit frais et sec. Je n'oublie pas de bien identifier le bocal ainsi stocké en précisant la date de récolte des graines et bien sûr le nom de la plante.

Pour celles qui sont mélangées à des pétales ou qui sont encore entourées d'une membrane végétale, œillets d'Inde par exemple, je les dispose avant stockage sur un papier journal en étalant bien ma récolte afin que le séchage puisse s'effectuer correctement: un endroit ventilé et sec est recommandé pour éviter le pourrissement.

Pour le semis, les graines sont enterrées proportionnellement à leur taille: les plus fines sont saupoudrées sur le terreau, les plus grosses subissent une stratification nécessaire à leur germination, et sont enterrées de 1 à plusieurs centimètres dans le sol. Dans tous les cas, il est indispensable de tasser légèrement le substrat pour permettre l'adhérence des particules terreuses aux graines et faciliter la germination.

Quand se fait la récolte des graines ?

Sur l'érable par exemple, les graines sont récoltées en automne, et conservées tout l'hiver dans du sable légèrement humide pour ramollir les téguments sensés normalement résister aux rigueurs de l'hiver pour germer au printemps. les graines de Bleuet annuel peuvent être également semées en automne pour fleurir dès le printemps suivant.

Sur les plantes vivaces rustiques de nos régions et certaines plantes annuelles, les graines sont récoltées à maturité, de l'été à l'automne: il est indispensable de surveiller de près le mûrissement afin de ne pas arriver après que la plante ait elle même libéré le précieux chargement.haut page magasin bio ligne

II. Semis d'intérieur: protocole


Quand peut-on pratiquer le semis ?

De la fin de l'hiver à l'automne en fonction des plantes concernées, de leur époque de floraison et de leur cycle végétatif. Les Ageratum par exemple, qui sont des annuelles de nos balcons et massifs d'été, peuvent être semés au printemps sous une température comprise entre 16 et 18 °C ou en automne. Il y a donc deux périodes possibles selon la période de floraison souhaitée.

Les arbres de nos jardins se sèment en automne:

Pour les plantes vivaces rustiques, le semis s'opère en général sur place directement dans le massif prévu ou sous châssis froid dès le mois de mars: Alchemilla, Aconit, Alyssum, Aubrieta, Centaurea, Centranthus (Valériane), Delphinium, etc…. Cerastium argenté et Chicorée se sèment bien en septembre octobre sous châssis froid, Coreopsis, etc…

Sur les plantes herbacées fleuries de nos jardinières et massifs d'été, le semis s'opère en général tôt en saison, sous abri tunnel ou châssis froid, dans un substrat mélangé de tourbe blonde, de sable et de terre franche et à une température comprise entre 14 et 18 °C. Ce sont par exemple les Bidens, les Brachyscomes, les Calcéolaires, les Célosies, et autres Amaranthes, Cléomes, Cosmos, Reine-Marguerite, etc...

Pour certains palmiers et plantes d'appartement, qui sont pour la plupart des plantes originaires de régions chaudes et/ou humides, le semis se réalise en serre ou véranda avec chaleur de fond entre 20 et 24°C. La période est donc indifférente.

À la mi-février, on peut semer des graines d'artichauts, et dès la première semaine de mars, celles de choux, de céleris, d'oignons et de poireaux.

Pour assurer l'émergence, il est parfois préférable d'acheter les semences au fur et à mesure qu'on en a de besoin plutôt que d'utiliser de vieilles graines car le pourvoir de germination s'affaiblit avec le temps. Les caissettes employées doivent être très propres, peu profondes et perforées (pour permettre le drainage de l'eau).

Concrètement comment je m'y prends ?

a. Je trouve et je prépare une caissette de terreau conçu spécialement pour semis: je dispose au fond de la caissette un sable grossier ou du gravier pour assurer le drainage de l'eau en surplus. J'émiette du terreau de semis au dessus de la couche drainante. On prend soin d'humecter le terreau (acheté ou préparé) puis on remplit les contenants. À l'aide d'une planchette (ou autre outil compresseur), on presse légèrement le substrat pour le tasser.

b. Je disperse les graines en prenant soin de ne pas trop densifier mon semis. On sème les graines directement (en ligne ou à la volée), de façon à ce qu'elles soient réparties régulièrement et uniformément.

c. Je recouvre les graines d'une fine couche de terreau ou de vermiculite, d'une épaisseur d'environ trois fois celle de la semence, sauf pour les graines très fines comme les Begonia qui n'ont pas besoin d'être recouvertes.

Notons qu'on ne recouvre pas les semences germant à la lumière. On les laisse plutôt nues à la surface.

d. Je tasse légèrement après un arrosage en pluie fine. On irrigue par bassinage (en trempant la caissette dans un bac rempli d'eau) ou avec un arrosoir muni d'une pomme très fine. Dépendamment si les semences ont besoin de lumière ou non pour germer, on recouvre les semis d'un dôme transparent ou d'un plastique noir opaque.

e. Je maintiens une température comprise entre 12 et 24 °C suivant les espèces rustiques et non rustiques. On place ensuite les semis à un endroit où la température se maintient à environ 25 °C et on prend soin d'identifier chaque culture. Il importe que le terreau soit constamment gardé frais et humide car une sécheresse vouera la germination à l'échec. On conseille donc d'arroser le matin.haut page magasin bio ligne

III. Soins après émergence, repiquage


Aussitôt que les plantules commencent à émerger, on doit les placer à un endroit éclairé et aéré, où la température se maintient à environ 20 °C le jour et 15 °C la nuit.

Le repiquage est une technique agronomique qui a l'avantage d'hâter le développement des radicelles (petites racines). Lorsque les plantules ont environ deux vraies feuilles en plus des cotylédons, on les transfère dans des caissettes remplies d'un terreau plus riche que celui destiné aux semis (ex: mettre plus de compost) et on prend soin d'espacer les plants d'environs trois centimètres.

Les plantules doivent être soulevées délicatement pour éviter les blessures au niveau des racines, du collet ou de la tige, car de telles lésions constituent des entrées pour les maladies.

Pour en savoir plus, Cf. cet article: Ensemencement et repiquage.

Quelques petits conseils de culture, en bonus:

a. Je maintiens mes pots ou ma caissette exposés à la lumière mais non aux rayons de soleil directs. Le soleil direct risque toujours de brûler les tissus fragiles des plantules nouvellement germées. Un voile d'hivernage est alors très utile puisqu'il permet de maintenir une température favorable à la germination tout en assurant l'aération et la luminosité nécessaires et éviter ainsi la fonte des semis.

b. À la levée des plantules, je surveille que le feutrage blanc caractéristique n'apparaisse pas. Si c'est le cas, je supprime aussitôt les plants malades et la terre qui entoure les racines, et je traite à l'aide d'un fongicide biologique adapté. Je change les plantules de terreau et de caissette. Je désinfecte les outils et la caissette.

c. J'arrose une fois par semaine en pluie fine, de préférence le matin.

Protection efficace: Les oiseaux et les chats viennent grattouiller vos semis: qu'à cela ne tienne, recouvrez ces derniers avec du grillage, même à grosse maille. Ces petites bêtes détestent se sentir piéger et iront ailleurs.haut page magasin bio ligne

IV. Quels terreaux pour mes semis?


Telle quelle, la terre de votre jardin ne convient pas aux semis. Elle est habituellement trop lourde, peu aérée et contient une grande quantité de semences de mauvaises herbes qui ne demandent qu'à germer. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas utiliser la terre brune de votre jardin ou celle qui est vendue en sac pour la fabrication d'un terreau; il s’agit de bien la pasteuriser. Pour ce faire, placez-la dans un four à une température avoisinant les 100 °C pendant au moins une demi-heure. Vous pouvez ensuite fabriquer votre propre terreau à partir de cette terre maintenant libre de mauvaises herbes, d’insectes et de spores de maladie. Le terreau idéal est composé en parts égales de terre à jardin brune pasteurisée, de compost, de tourbe de sphaigne et de perlite ou de vermiculite.

Une solution plus simple s'offre aussi à vous. Vous pouvez utiliser un terreau commercial prêt à l'usage spécialement conçu pour les semis. Des terreaux pour empotage et semis et d'autres seulement pour Semis sont des terreaux légers et bien aérés qui donnent des résultats très satisfaisants à cet égard. Cependant, certains terreaux peuvent être un peu trop légers pour supporter la croissance de certains jeunes végétaux sur une plus longue période. Pour la culture de plantes exigeantes, il est alors préférable d'ajouter du compost au terreau à semis. Lors du repiquage des semis dans des récipients plus volumineux, utilisez un mélange de deux parties de terreau pour empotage et semis et de une partie de compost.haut page magasin bio ligne

V. Attention à la fonte des semis


La fonte des semis est une maladie fongique qui cause un dépérissement rapide des jeunes plantes à peine érigées. Les semis atteints tombent au sol suite au ramollissement de leur collet. Cette maladie apparaît habituellement lorsqu'on utilise des contenants non stérilisés ou un terreau inapproprié, quand les semis sont trop denses ou si le terreau est trop humide. Vous pouvez facilement éviter les attaques de cette maladie en usant de récipients stérilisés et d’un terreau pour semis.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com.