La nature du sol et la détermination de la stratégie d'irrigation

En horticulture, l'arrosage, ou l'alimentation hydrique des plantes cultivées, ne peut pas être pris à la légère et considéré comme un paramètre de second plan. Par ailleurs, dans un but de maîtriser ce facteur en respectant une utilisation optimale, il convient de connaître, avec précision, les besoins en eau des cultures et les paramètres physiques du terrain, et, ainsi, adopter la meilleure méthode afin de piloter, au mieux, l'irrigation.

Dans cet article, on essayera d'établir le rapport entre la nature du sol (paramètres physiques) et sa capacité naturelle à conserver l'eau et à le transmettre par la suite aux végétaux.

I. Constituant du sol


Le sol est un milieu vivant mais complexe. Il est composé de 3 éléments:

1. Une partie solide, constituée, à son tour, de 2 éléments: Minéraux et Organiques. Les premiers (éléments minéraux) sont les sables grossiers et fins, le limon, l'argile, le calcaire, les oxydes de fer... Ils proviennent généralement de la désagrégation et de l'altération de la roche mère. Les seconds (éléments organiques) sont les débris végétaux et l'humus. Ils proviennent d'organismes, essentiellement, végétaux et peuvent être, également, produits par le sol ou apportés par l'activité humaine et/ou animale (fumier).

II. Pour savoir si un sol est trop argileux


Les deux saisons automnale et printanière sont parfaites afin de travailler la terre, perfectionner sa structure et la rendre plus fertile. Le sable, le limon et l'argile sont de fines particules minérales contenues dans le sol dont le diamètre est inférieur à deux millimètres.

Pour connaître approximativement la proportion de ces minéraux, on remplit d'eau les deux tiers d'un bocal de verre et on ajoute un échantillon de sol. On agite fortement le tout après avoir fermé hermétiquement. Quelques temps plus tard (plus ou moins une heure selon le type de sol), les particules minérales et organiques se répartissent, selon leur poids, en couches distinctes, de sorte que les plus lourdes migrent vers le fond (ex. : cailloux, roches, etc.), suivies du sable, du limon puis de l'argile.

Quant à la matière organique (ex. : humus, brindilles, racines, cadavres d'insectes, débris de végétaux non décomposés, etc.), celle-ci étant légère demeure soit à la surface de l'eau, en suspension ou juste au-dessus de la couche des minéraux (cela dépend de la charge ionique et autres facteurs).

En se référant aux trois couches distinctes formées par le sable, le limon et l'argile, si l'espace (par rapport à l'ensemble des trois composés minéraux) occupé par l'argile est au-delà de 35 à 40 %, on a alors une terre argileuse (sol lourd).

Pour alléger un sol trop lourd, on conseille de faire un bêchage grossier puis d'incorporer du sable et de la tourbe de sphaigne. Il est, aussi, recommandé de lui ajouter du calcium, en lui incorporant de la chaux ou du gypse et du fumier bien décomposé. Évidemment, si aucune matière organique ne fut observée dans le bocal, il serait préférable d'en amender le sol. 

* À noter que ce petit test pratique ne peut indiquer la teneur réelle en éléments fertilisants et chimiques. Il ne constitue qu'une appréciation visuelle et approximative des éléments minéraux et de la matière organique.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

Utilisation des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com. Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité.