Magasin bio en ligne

Définition, utilisation et principes de fonctionnement de tensiomètre

L'utilité de renouveler les réserves en eau du sol, par l'irrigation, n'est effective que lorsque ces réserves se sont amoindries au point de ne plus satisfaire les besoins de la culture.

Les techniques de mesure permettant de connaître la disponibilité en eau du sol sont multiples, cependant, elles ne sont pas adaptées aux exigences de la pratique agricole. C'est pour cette raison que l'on s'est longtemps contenté d'estimer, parfois très empiriquement, les besoins d'irrigation d'une culture.

I. Pourquoi doit-on utiliser les tensiomètres?


Depuis que l'on a appris à les utiliser, les tensiomètres, malgré leurs défauts, présentent un intérêt pratique certain:

1. Ils n'exigent pas beaucoup de manipulation.

2. Ils donnent des mesures en continu.

3. Ils ne sont pas très chers.

II. Principes de fonctionnement du tensiomètre


Les tensiomètres utilisés pour la mesure de la tension de l'eau dans le sol sont des appareils communs constitués d'une bougie poreuse reliée à un tube qui doit être rempli d'eau dégazée et fermé d'une façon étanche. Le tube se termine par un manomètre indiquant les valeurs de pressions.

La bougie du tensiomètre est enfoncée dans le sol de la parcelle à une profondeur précise.

Quand le sol se dessèche, la bougie du tensiomètre lui procure de l'eau et quant il est arrosé, l'eau revient dans l’appareil. La dépression engendrée par les aller-retours de l'eau par rapport à la pression atmosphérique ambiante est mesurée par un nanomètre. La tension correspond, en effet, à la valeur de cette dépression affichée sur le nanomètre.

Quand le sol est regorgé d'eau le tensiomètre indique une valeur faible et vis versa.

Les tensiomètres sont des appareils simples, mais leurs limites nécessitent une stratégie de mise en œuvre adaptée à chaque situation afin de les rendre utiles à la pratique agricole. Ils permettent de garantir avant tout le potentiel de production de la culture tout en limitant les dépenses inutiles des ressources en eau.

III. Pilotage de l'irrigation goutte à goutte par un tensiomètre


Savoir ce que devient l'eau apportée est une information primordiale pour la bonne conduite des apports localisés par irrigation goutte à goutte. Cette information est même tout à fait indispensable et devient capitale si la fertilisation est associée au système d'irrigation (fertigation). Le tensiomètre est un appareil simple, pratique, et utilisable à cette fin.

Chaque sol est différent et chacun se caractérise par une capacité de rétention d'eau qui lui est propre. Il en résulte une durée maximale par arrosage ce qui nécessite dans certains cas plusieurs apports journaliers afin d'assurer les besoins de la culture en place.

Afin de déterminer cette durée d'irrigation, on peut avoir recourt au tensiomètre. L'installation des tensiomètres à différents profondeurs et à différentes distances du goutteur détermine la fréquence des arrosages en se basant sur des valeurs de dépressions spécifiques pour chaque horizon selon le type du sol et la culture.

À titre d'exemple, dans un verger d'agrume irrigué au goutte à goutte, on peut résumer la relation existante entre la profondeur, la tension et l'état hydrique du sol comme suit:

À 30 cm de profondeur, le tensiomètre enregistre une valeur inférieure à 15 indiquant un excès d'eau et une valeur supérieure à 30 soulignant un sol sec.

Si la tension enregistrée à 60 cm de profondeur est inférieure à 30, alors on a un excès d'eau. Par contre une tension supérieure à 50 montre que l'état hydrique du sol est sec.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne