Coléoptères: définition, identification et sous-ordres

Caractéristiques distinctives des coléoptères

Les Coléoptères comptent plus de 350.000 espèces très différentes. Leur taille varie de 0,3 mm à plus de 15 cm. Ils sont présents dans presque tous les biotopes, des forêts tropicales aux régions arides, et même en milieu aquatique voire marin. Ils exploitent toutes les ressources alimentaires: certains sont phytophages (parmi eux des xylophages), d'autres sont coprophages, nécrophages, parasites, prédateurs... Mais au-delà de cette diversité, les Coléoptères se caractérisent par: Des métamorphoses complètes (Holométaboles), une morphologie caractéristique: tête, protothorax, ptérothorax+abdomen, la présence d'élytres protégeant les ailes postérieures qui sont repliées, des pièces buccales de type broyeur.

Les coléoptères, contribuent par leur diversité à un jeu d'équilibre naturel très spectaculaire. Ce groupe d'insecte se partage entre ravageurs très nuisibles à nos cultures et prédateurs très utiles qui protègent nos vergers et nos potagers bio. Aujourd'hui, les coléoptère sont devenus l'une des pièces maîtresse dans tout programme de protection intégrée dans le cadre de lutte biologique (exemple des Coccinelles).

Comment peut-on identifier un coléoptère?


Comme pour chaque ordre de la classe des insectes, les coléoptères possèdent un ensemble des caractéristiques morphologiques majeures et distinctives à travers lesquelles on peut facilement les connaître. Il faut tout de même rester prudent car contrairement à la plupart des autres insectes, les coléoptères n'ont pas un aspect extérieur de type tête, thorax, abdomen. Chez eux l'aspect extérieur est de type tête, protothorax et partie terminale composée du ptérothorax (mésothorax + métathorax) et de l'abdomen. Certes, on peut les confondre avec les hétéroptères, mais les points suivants permettent d'éviter cette confusion:

Élytres:

Bien que les coléoptères aient un aspect extrêmement varié, il est possible de les distinguer facilement grâce à leurs ailes antérieures transformées en étuis (coléo = étuis) rigides (élytres) protégeant les ailes membraneuses de la seconde paire postérieure. Elles recouvrent plus ou moins complètement l'abdomen, très souvent mis à part le dernier tergite abdominal (ou pygidium).

coleopteres

Crédit photo © Bugboy52.40 fr.wikipedia.org - Différentes espèces de coléoptères

Ces élytres couvrent totalement l'abdomen et souvent la majeure partie de la face dorsale des coléoptères. Les deux élytres se juxtaposent selon une ligne médiane sur l'abdomen.

Ce sont les élytres et un corps généralement compact qui ont permis aux insectes appartenant à l'ordre entomologique des coléoptères de s'imposer naturellement. Ces caractéristiques morphologiques leur permettent de creuser ou pénétrer dans toutes sortes d'espaces et de survivre dans une immense variétés de milieux, parfois très hostiles.

Tête, prothorax et pronotum:

Le prothorax et la tête forment l'avant corps qui se sépare du reste du corps contenant le méso, le métathorax et l'abdomen. La tête est tournée vers l'avant ou plus ou moins inclinée vers le bas. Le pronotum (face dorsale), parfois petit et bizarre, peut être aplati ou convexe.

Pièces buccales et pattes:

Les pièces buccales sont en générale de type broyeur. Les pattes sont très adaptées soit à la marche, à la nage ou encore à l'enfouissement.

Des métamorphoses complètes


Les Coléoptères appartiennent au groupe des insectes Holométaboles, c'est à dire que les mues rythmant la croissance se divisent en plusieurs stades successifs, différents par leur morphologie, leur anatomie et souvent aussi par leur biologie. Le passage d'un stade à l'autre se fait brutalement, sans transition, à l'occasion d'une mue critique. On reconnaît dans ce développement quatre stades successifs : l'œuf, la larve, la nymphe, l'adulte (ou imago).

Les Coléoptères pondent de dix à plusieurs milliers d'œufs simples et sans ornements. Généralement, les œufs sont pondus dans des endroits où les larves auront plus de chance de trouver de quoi se nourrir, mais les autres espèces n'ont pas de souci à se faire. La plupart du temps, les adultes n'ont pas de comportement parental.

Les larves possèdent une tête bien développée, avec des mandibules broyeuses semblables à celles des adultes. Elles possèdent généralement 3 paires de pattes thoraciques (sauf pour les charançons). C'est le seul stade qui montre une croissance scandée par des mues.

La nymphe des Coléoptères, immobile ne se nourrit pas et, généralement, libre. Elle subit d'importantes transformations tant anatomiques que cytologiques.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

Utilisation des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com. Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité.