Intrants: semence, engrais et pesticides (2ème partie)

Outre le terrain, l'eau et les outils, éléments indispensables et vitaux au bon démarrage de votre projet de jardin potager biologique, les intrants suivants sont requis pour le rendre productif et le mener à bien: des semences, des engrais naturels et parfois des pesticides biologiques.

Semences


La multiplication des végétaux s'effectuent par deux modes. La multiplication générative par semis, en utilisant la graine et la semence, ou végétative par bouturage, en employant principalement la tige ou la racine.

Les graines sont utilisées pour la culture des légumes à graines tels que haricot, petit pois, soja, les légumes grimpants (à l'exception du chou-chou dont on utilise les fruits germés) et les salades comme la laitue et le radis. Par contre, pour le gingembre et l'ail par exemple on utilisera, respectivement, des plantules, des éclats de rhizomes et des caïeux.

Une large gamme de semences est mise en vente sur différents sites de vente bio en ligne. Un semis raté à cause de mauvaises semences ou du mauvais état des tubercules entraîne une perte de temps. Il faut donc s'assurer du bon état sanitaire des graines, tubercules ou stockage grainesboutures. Les semences du commerce biologique sont en général saines, ou auront subi un prétraitement, mais il faudra les utiliser rapidement. Au cas contraire, elles risquent de perdre leur viabilité et leur vigueur. Tout surplus de semences sera conservé à sec dans un bocal fermé hermétiquement et tenu au frais (voir image ci-contre pour connaître comment stocker des petites quantités de graines).

Le choix des espèces et variétés à planter et l'élaboration d'un calendrier de plantation demandent une certaine expérience. Il est impératif de choisir les variétés qui conviennent à la région concernée et à la saison. Le développement des plantes subit l'influence des facteurs climatiques, plus particulièrement de la température ambiante. Ainsi, certains légumes viennent mieux en hiver, d'autres en été tandis que d'autres encore font bien tout le long de l'année.

Les légumes d'hiver comprennent le chou-fleur, le chou, le petit pois, la courgette, le chou-chou, la betterave, la laitue, la pomme de terre, le poireau, le haricot, le radis, l'ail et l'oignon entre autres. Par contre, l'aubergine, le piment et les légumes grimpants poussent très bien en été. D'autres légumes peuvent être plantés tout au long de l'année tels le haricot et la pomme d'amour.

Pour mieux planifier la production il est aussi important de connaître le cycle de production, c'est à dire la période de l'ensemencement à la récolte, qui varie selon les légumes.

a. Cycle court (1 à 3 mois): haricot, carotte, chou, chou-fleur, pomme de terre, laitue, betterave, radis, poivron, brocoli, courgette, coriandre.

b. Cycle intermédiaire (4 à 6 mois): oignon, ail, concombre.

c. Cycle long (1 à 2 ans): asperge, thym, menthe.

Pour en savoir plus sur les dates d'ensemencement et les cycles de production des fruits et légumes le lecteur intéressé fera référence au calendrier indiqué dans cet article.

On notera aussi que pour les différents légumes, il existe souvent plusieurs variétés comportant des caractéristiques différentes. Les variétés précoces au temps de germination court conviennent bien. D'autres sont mieux adaptés à la chaleur et résistent mieux aux insectes, aux maladies et à la sécheresse.

Engrais


Pour une bonne croissance et un meilleur développement, les plantes de votre jardin potager ont besoin d'éléments nutritifs essentiellement l'azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Les végétaux ont également besoin, en quantités infimes, d'autres éléments secondaires (calcium, magnésium, soufre) et les oligo-éléments (fer, cuivre, zinc, manganèse et bore).

Ces éléments sont tous présents dans le sol sous forme de matières organiques et/ou de sels minéraux et sont absorbés par les racines. La fertilité du sol de votre jardin potager a notamment besoin d'être améliorée par un apport régulier et équilibré afin de reconstituer les réserves en éléments nutritifs indispensables au bon développement des légumes cultivés.

Les engrais organiques courants sont le fumier et le compost. Le fumier est obtenu par la fermentation des excréments et de la litière des animaux de ferme. Le compost est le résultat de la décomposition d'un mélange de débris végétaux et autres déchets organiques et il est utilisé comme le fumier. L'apport de 2,5 kg/m2 une ou deux semaines avant chaque culture est généralement recommandé afin d'ameublir le sol et d'augmenter sa perméabilité et sa capacité de retenir l'eau et les éléments nutritifs.

Les engrais minéraux simples sont constitués par un seul corps ou sel apportant un seul élément nutritif ( N ou P ou K). Les engrais composés, eux, contiennent au moins deux éléments nutritifs principaux à l'exemple du 13:13:20:2 qui fournit de l'azote (13%), du phosphore (13%), du potassium (20%) et du magnésium (2%). Le type, la quantité et la période d'application dépendront des légumes et de la fertilité du sol. Dans le jardin potager les engrais composés sont préférables. Généralement, on apportera une fumure de fond au moment de la plantation. On mélangera le fumier et les engrais au sol sur une profondeur d'environ 15 cm avant d'aplanir le terrain et planter. Durant la période de croissance on apportera un supplément d'engrais azotés urée qui sera épandu autour de la plante et qui sera ensuite recouverte par un buttage. On évitera toutefois le contact direct des engrais avec les semences ou les plantes.

Pesticides


Le parasitisme dans les jardins potagers à caractère familial, dont les légumes et fruits récoltés ne sont pas destinés à la vente, est en général peu important. En maraîchage commercial, les dégâts causés par les parasites et les maladies sont plus graves et nécessitent des moyens importants pour leur contrôle. Les parasites les plus courants sont les insectes et nématodes. Les maladies les plus courantes sont celles causées par les champignons et les bactéries qui provoquent entre autres la fonte des semis, la flétrissure (ou le flétrissement) et les pourritures.

Vu l'enjeu modeste du jardin familial on comptera plutôt sur les méthodes de lutte naturelles (nous y reviendrons dans la deuxième partie). L'emploi des produits pesticides y est donc fortement déconseillé. Les pesticides sont coûteux, très toxiques pour l'homme et polluent la terre et la nappe phréatique. Si l'on décide d'utiliser malgré tout ces pesticides, les précautions suivantes devront être prises:

a. les conserver sous clé, hors de portée des enfants.

b. bien lire et suivre le mode d'emploi.

c. par temps de vent léger, tenir en compte la proximité des habitations voisines et exécuter les traitements en remontant contre le vent afin de ne pas être touché par le produit pulvérisé.

d. ne jamais traiter par temps de vent fort.

e. bien respecter les délais d'utilisation avant la récolte.

f. éviter tout contact (main, yeux), ne pas respirer le produit et se laver au savon après l'opération.

g. tenir au loin les animaux domestiques et de basse-cour.

h. ne pas souiller les eaux de rivière en y déversant les résidus et les emballages usés.

i. chercher immédiatement un traitement médical en cas d'intoxication.

La meilleure précaution est encore de ne pas utiliser les pesticides chimiques.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne