Magasin bio en ligne

Cultiver l'ail : Techniques, ravageurs et maladies

L'ail, Allium sativum, est largement utilisé en cuisine comme condiment. Il est très apprécié pour ses nombreuses propriétés médicinales (Cf. Vertus et bienfaits de l'ail).

L'ail est une plante résistante et facile à cultiver. Elle pousse à partir des caïeux et jamais à partir des graines. Il apprécie des endroits ensoleillés et adore les terrains bien drainés et fertiles, au pH équilibré. La plantation commence à l'automne pour une récolte à la fin d'été. On peut notamment planter l'ail au début de printemps pour une cueillette à la fin de l'automne.

Au niveau phytosanitaire, l'ail ne pose, en général, pas de problèmes particuliers. Il peut, néanmoins, souffrir de la pourriture blanche de l'oignon, de la rouille et du mildiou.

Guide pratique et rapide:

Méthode: Plantation des têtes de fin février au début de printemps - Situation: Ensoleillée - Sol: Terreau léger, non acide - Récole: À la fin d'été.

SOMMAIRE

I. Techniques culturales de l'ail


Généralités:

a. Nom scientifique: Allium sativum - Vivace de la famille des Liliacées - Légume bulbeux.

ail semoule biob. 10 têtes d'ail pèsent en moyenne un demi-kilo (500 gr). Chacune se compose d'une dizaine de caïeux bons à planter.

c. Il faut prévoir une cinquantaine de caïeux, soit 5 têtes d'ail, afin de planter un mètre carré (1 m2).

d. Le rendement d'une culture d'ail réussie se situe autour de 2 kg/m2.

e. Le cycle de la culture d'ail est d'environ 5 mois. La durée varie en fonction de la date de plantation et des conditions climatiques.

Pour cultiver de l'ail, il faut se procurer des plants (têtes) destinés spécifiquement à la plantation. Ils doivent être certifiés et indemnes de toutes maladies susceptibles de contaminer le sol ou tout simplement détruire la culture.

f. Il existe plusieurs variétés d'ail: saveur douce ou puissante; bulbes minuscules ou énormes; gousses blanches; roses ou violettes

Comment cultiver l'ail?

a. Choisir et éplucher une tête d'ail dodue. Séparer les gousses et garder les plus charnues.

b. Avec un plantoir, on creuse dans le terreau du pot des trous de 2 à 3 cm de profondeur espacés d'une dizaine de centimètres.

c. Chaque trous doit contenir une seule gousse avec l'extrémité aplatie vers le bas. Remettre le terreau sur la gousse en laissant la pointe de celle-ci dépassée un peu.

Conditions de températures:

Du fait de son mode de multiplication exclusivement par caïeux (gousses qui, accolées les unes aux autres, composent le bulbe ou tête d'ail), les exigences climatiques de l'ail s'étendent à la période de conservation. Au repos il peut supporter des températures très basses (-15°C). La dormance est levée par des températures fraîches (7°C durant 8 à16 semaines). L'ail a en effet besoin d'un temps froid pour une bonne croissance.

Préparation du sol:

L'ail est une plante qui pousse normalement en hiver. Il a cependant besoin d'un sol bien drainé qui ne devient pas détrempé en hiver. Idéalement, l'ail préfère un sol argilo-siliceux ou argilo-calcaires, qui n'a pas reçu récemment d'engrais, avec une texture améliorée par une précédente culture.

L'ail préfère des sols au pH compris entre 4,5 et 8,5.

Germination :

Elle est provoquée par des températures assez élevées (17à 18°C). La tubérisation est induite par des jours longs et des températures avoisinantes 20°C.

Plantation :

Les variétés d’automne sont plantées avant décembre et récoltées en fin juin-début juillet. Celles de printemps sont plantées en fin janvier-début février, pour une récolte dans le courant de juillet.

Les fortes densités procurent les meilleurs rendements pondéreux. Pour cela, il faut des bulbes plus petits plantés entre 100000 et 200000 bulbe/ha. Pour les petites parcelles, plantez les caïeux à 10 cm en rangées de 24 à 30 cm. Dans le système du carré, plantez les caïeux et espacez les sillons de 18 cm des deux côtés.

Les caïeux sont enfoncés dans le sol, en position verticale, dans l'axe de sillons, peu profonds, jusqu’à ce que leur sommet affleure le fond de la raie. Ils sont ensuite recouverts de 2 à 3 cm de terre.

Divisez l'ail en caïeux individuels juste avant la plantation. Plantez ensuite la gousse, la pointe en l'air, à peu près à 5 cm de profondeur, en les espaçant d'environ 10 à 15 cm. Si le sol est argileux et lourd, plantez les caïeux peu profondément.

Association de l'ail avec d'autres cultures:

Association favorable: tomate, carotte, betterave, laitue et fraisier.

Association défavorable: haricot, pois et fève.

Fertilisation:

L'ail ne doit jamais être planté dans une parcelle ayant reçue une fumure organique récente. Le dernier apport de fumier ou compost doit dater d'au moins une année. Il faut par conséquent prévoir cette situation et profiter de la préparation du sol précédent la plantation afin d'enfouir jusqu'à 10 gr/m2 d'un engrais de fond composé essentiellement d'acide phosphorique et de potasse.

Binages:

Cette technique consiste à briser la couche superficielle et ramener la terre sur le rang tout en veillant à dégager légèrement la base des plantes, surtout en années humides.

En sol sableux et desséchant facilement, n'oubliez pas d'arroser raisonnablement pendant le printemps et les grosses chaleurs si vous constatiez que le sol est sec. Une humidité excessive et durable peut, par contre, provoquer la pourriture des bulbes d'où l'intérêt de planter l'ail dans une terre de jardin bien drainées.

Couchage:

C'est une pratique rarement utilisée. Le couchage est essentiellement justifié en début d'été (juin), si l’arrêt de végétation ne se produit pas normalement. Il devient donc nécessaire de coucher les tiges sur le sol.

Récolte:

L’ail est considéré comme mûr lorsque le tiers supérieur des feuilles est jaune ou sec. Si la récolte a lieu avant ce stade, les tuniques deviennent ternes au séchage ; au-delà, elles sont souvent envahies par des organismes saprophytes leur donnant une couleur noirâtre.

Récoltez les bulbes lorsque les fleurs fanent et que les feuilles commencent à tomber.

L’ail est arraché ou plutôt déraciner tôt le matin avec beaucoup de précautions. Il est ensuite mis à ressuyer sur le sol pendant 2 à 8 jours, en couvrant les bulbes par les fanes. Enfin, une fois secs, les bulbes sont tresser en bouquet ou mis en bottes de 500 à 600 gr avec un lien de fil.

Afin d'augmenter la taille des bulbes, taillez les tiges florales, appelées hampes. Rappelons également que ces hampes florales sont comestibles et peuvent être délicieusement cuisinées en pestos, soupes et divers plats sautés.

Conservation:

Afin de le conserver dans les meilleures conditions, l’ail doit être obligatoirement séché soit au champ, pendant quelques jours, soit dans son lieu de stockage. Laisser les bulbes, suspendus ou sur des claies, sécher dans un milieu ouvert, frais et sec. Une fois secs et correctement entreposé, l'ail peut se conserver jusqu'à 1 an. Signalons que durant le 1er mois de conservation, l’ail perd de 30 à 40% de son poids initial.Haut de page - Magasin bio en ligne

II. Purin et infusion d'ail, excellents fongicides


Infusion d'ail:

100 grammes de gousses d'ail à écraser et à infuser dans 10 litres d'eau pluviale pendant une bonne journée. N'oublions pas de bien couvrir la préparation.

Après filtration, l'infusion d'ail est employée pure en pulvérisation préventive comme fongicide contre les maladies cryptogamiques des plantes potagères. En cas de mildiou ou de tavelure, on peut utiliser la ciboulette pour substituer à l'ail.

L'infusion d'ail peut être associée au savon noir (100 gr) pour un usage en pulvérisation contre les ravageurs des fruits et légumes (pucerons et acariens).

L'infusion d'ail ne se conserve pas. Il est donc plus prudent de préparer la solution au coup par coup en fonction des besoins.

Purin d'ail:

Afin de préparer le purin d'ail, il faut macérer 100 gr d'ail préalablement broyé (ou haché) dans 20 ml d'huile (paraffine par exemple) durant une journée. On ajoute ensuite 1 litre d'eau (idéalement de pluie) à la solution et on refait une macération pendant encore une journée.

Le purin d'ail est enfin filtré et dilué à 5% (0,5 litre pour 10 litres d'eau), avant qu'il soit pulvérisé sur les plantes cultivées dans le jardin biologique.

Le purin d'ail, comme l'infusion d'ailleurs, est un remarquable fongicide. Ils permettent de lutter, d'une manière écologique et responsable, contre une panoplie de maladies cryptogamiques comme le mildiou, l'oïdium et la rouille.Haut de page - Magasin bio en ligne

III. Principaux ravageurs de l'ail


Acarien, Aceria tulipae: De graves dégâts peuvent être causés par ce ravageur. Ils ne sont visibles que pendant la période de conservation. Les symptômes se manifestent par l'apparition de tache marron-clair sur les écailles du caïeu.

Nématode, Ditylenchus dipsaci: Les dégâts résultant de ce nématode se manifestent par foyer de plantes (généralement aux extrémités et aux bordures des plantations). Ils se traduisent par une croissance désordonnée de l'ail en présentant un éclatement du plateau. Ce ravageur qui se multiplie dans le bulbe est commun à tous les Allium. L'une des alternatives pour remédier à ce nématode est d'utiliser des semences certifiées indemnes.

Mouche de l’oignon, Delia antiqua: Les asticots s’installent à la base des bulbes entraînant une pourriture puis un dépérissement de la plante.

Thrips du tabac, Thrips tabaci: Leurs piqûres provoquent une coloration argentée au niveau du feuillage. La végétation est alors stoppée nette.

Teigne du poireau, Acrolepiopsis assectella: Les larves, de couleur gris-verdâtre, vivent d’abord en mineuses dans les feuilles où elles occasionnent les dégâts visibles puis descendent dans le cœur de la plante.Haut de page - Magasin bio en ligne

IV. Principales maladies de l'ail


Mosaïque des feuilles, Viroses (OYDV ET LYSV): Elle se traduit par un jaunissement plus ou moins généralisé des feuilles. On distingue des stries longitudinales jaunâtres. Ce virus est véhiculé par les pucerons.

Rouille, Puccinia allii: Sur les feuilles les plus âgées de l'ail on observe de nombreuses pustules lenticulaires, de couleur brun-rouille. Le feuillage atteint devient terne et se dessèche.

Maladie café au lait, Bactériose (Pseudomonas fluorescens): L’attaque commence tout d'abord par une lésion ovale en haut de la gaine foliaire de l'ail.  Ensuite, elle évolue en pourriture brune.

Pourriture grise, Botrytis allii: Les symptômes se manifestent en cours de conservation de l'ail mais les dégâts résultent d’un contamination du bulbe en cours de la culture.

Dépérissement ou Pourriture blanche, Sclerotium cepivorum: Feutrage blanc-cotonneux envahissant les gousses. Présence de scléroses noirs. Éliminer les bulbes contaminés.Haut de page - Magasin bio en ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne