Quels animaux parasites sur mes fruits préférés?

Si les fruits sont savoureux pour nous, ils le sont, et ceci dès leurs premiers stades de développement, tout autant pour un certain nombre d'animaux, petits et gros. Pour les préserver de leur voracité, il est indispensable de prévenir les attaques de quelques uns dès le démarrage de végétation, et de poursuivre la vigilance pendant la floraison et la formation des fruits.

SOMMAIRE

I. Les animaux parasites sur les fruits des arbres fruitiers à noyau


Sur cerisiers:

La mouche des cerises: Les œufs de Rhagoletis cerasi sont pondus dans les cerises les rendant véreuses. De plus elles prennent une couleur brune et pourrissent. Prévoir un traitement biologique contre ce diptère peu de temps avant la récolte.

Les oiseaux tels que les merles, les pies, les moineaux et les étourneaux se feront un festin de vos cerises si vous n'avez pas pris la précaution d'installer un filet à mailles fines sur l'ensemble de votre arbre. Pensez aussi à protéger vos vignes quand la maturité approche.

Sur les pruniers:

Les guêpes communes causent des dégâts non négligeables sur les prunes en abîmant les fruits, bien sûr, mais aussi en véhiculant la maladie appelée Moniliose d'un fruit sur l'autre. Atteints de la maladie, les fruits deviennent totalement impropres à la consommation. La meilleure lutte reste le piégeage par appât d'eau sucrée ou d'eau et de bière. Elles affectionnent tout autant, les grappes de raisins, les poires, les pommes les pêches, etc…

Sur les pêchers et abricotiers:

La petite mineuse du pêcher: Cet insecte, Anarsia lineatella, après s'être attaqué aux feuilles de pêchers, attaque les fruits sous sa forme chenille. Pour lutter contre ce parasite appartenant à l'ordre des lépidoptères, il est possible d'employer les mêmes techniques préconisées contre la tordeuse du pêcher.

La tordeuse orientale du pêcher: C'est une chenille de papillon, Grapholita molesta, qui pénètre dans le fruit à partir de la quatrième génération, après avoir provoqué des dégâts sur les jeunes pousses (dessèchement). Le fruit ainsi visité est miné de l'intérieur et des pourritures s'installent rapidement. Le mûrissement est accéléré, et les fruits tombent prématurément. Les traitements conventionnels contre ce parasite s'appliquent fin mai ou début juin et sont renouvelés pendant la saison estivale.

La mouche méditerranéenne: À la différence de la mouche des cerises, cette mouche des fruits appelée méditerranéenne car elle s'observe surtout dans le midi de la France, pond ses œufs dans les fruits et non pas dans les fleurs. Elle perce l'épiderme et les dépose dans la chair directement à quelques millimètres de profondeur. Les larves qui éclosent circulent dans le fruit provoquant des pourrissements et des décolorations de la peau des fruits ainsi visités. Les vers sortent ensuite du fruit pour aller jusqu'au sol. Ainsi de suite pour plusieurs générations. Pour en savoir plus sur ce parasite, vous pouvez consulter cet article: La mouche méditerranéenne, Ceratitis capitata.haut page magasin bio ligne

II. Les animaux parasites sur les arbres fruitiers à pépins


Sur poiriers:

L'hoplocampe du poirier: Ce petit Hyménoptère, Hoplocampa brevis, dépose ses œufs sur les boutons floraux. Les larves qui en sont issues forent une galerie dans les jeunes fruits qui finissent par tomber prématurément. À l'extrémité de cette galerie, on trouve une cavité contenant des déjections.

La cécidomye des poires: Ce moucheron (Contarinia pyrivora, Diptère nématocère) pond ses œufs sur les boutons floraux et les asticots qui éclosent perforent l'épiderme des petites poires qu'ils déforment. Ces dernières noircissent et tombent prématurément. La lutte biologique contre ce parasite peut être envisageable au stade où les boutons floraux vont s'ouvrir.

Plusieurs espèces de Punaises piquent les poires et provoquent ainsi des déformations ou des taches dures. Leur observation est malheureusement difficile, rendant la lutte délicate.

Sur pommiers:

Le carpocapse ou ver des fruits: C'est un papillon qui commence à être visible début juin et qui sévit particulièrement sur les pommiers (ainsi que sur les pruniers). Les œufs sont pondus sur les fruits puis les chenilles blanches à tête noire, pénètrent dans le fruit y forant une galerie jusqu'aux pépins. Pour lutter contre ce parasite qui nuit beaucoup au développement et à la qualité des récoltes, il est recommandé d'intervenir afin d'atteindre les papillons qui dès leur apparition, commencent par manger les feuilles. Les mêmes méthodes de lutte biologique contre les pucerons peuvent être employées. Sinon, pour des moyens plus doux mais tout aussi efficaces, il est possible de piéger les papillons dans des attrape-mouches placés à différents endroits de l'arbre. L'appât est alors un mélange d'eau et de miel ou d'eau et de bière. Il est également possible d'utiliser des sachets de plastiques dans lesquels on enferme les fruits ; prendre soin alors de prévoir un sachet assez grand pour contenir le fruit aux différents stades de sa maturation. Enfin il existe des appâts de phéromone prêts à l'emploi.

La tordeuse orientale du pêcher: Ce lépidoptère, Grapholita molesta, peut sévir courant d'été sur les poiriers, en perforant l'épiderme et en y creusant des galeries superficielles. La lutte est celle préconisée contre le carpocapse des fruits.

L'hoplocampe du pommier: C'est un petit hyménoptère (sorte de guêpe) qui dépose ses œufs dans les fleurs au niveau des sépales. La larve qui ne tarde pas à éclore s'installe sous l'épiderme du tout jeune fruit. Pour lutter contre ce parasite, il est conseillé d'intervenir au début de la floraison.haut page magasin bio ligne

III. Les animaux parasites sur les autres arbres et arbustes fruitiers


Sur les fraisiers, ce sont les taupins, les vers blancs, les courtilières vivant dans le sol qui dévorent les fruits en contact avec la terre.

Le ver de la Framboise est de couleur blanche, et parasite les fruits mûrs. Pour lutter contre ce parasite, il faut commencer l'intervention au moment ou juste avant la floraison afin d'éviter la ponte de nouveaux œufs dans les fleurs.

Le carpocapse ou ver de la noix: C'est le même parasite des pommiers et poiriers. Les fruits sont attaqués par les chenilles issues des pontes. Ceux-ci sont perforés puis l'amende est minée en totalité ou en partie, peu de temps avant la récolte. Pour y remédier, il est recommandé d'intervenir entre les mois de juin et août.

Le balanin ou ver des noisettes, Curculio nucum, est un petit coléoptère à la tête caractéristique allongée. Les œufs sont pondus dans les fruits, ce qui peut causer leur chute prématurée. La larve issue de ces pontes se développe dans l'amende entravant celui du fruit puis finit par sortir en perforant la coque.

Les pucerons verts du noisetier affaiblissent la vigueur de la plante. Pour lutter contre cet insecte, il était d'usage d'intervenir dès le printemps et l'apparition des jeunes feuilles pour éviter l'installation et les premiers symptômes d'affaiblissement des plantes.

Le ver de la grappe sur vignes, dévorent les fleurs et les jeunes grains, véhiculant la pourriture grise. Pour lutter contre ce parasite des appâts préparés à base d'eau sucrée piègent les papillons limitant les pontes de l'année suivante.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com.