Remèdes naturels pour prévenir l'anémie

L'anémie est une maladie provoquée par le manque, ou la diminution, du nombre de globules rouges, ou de fer, dans le sang de notre organisme. Le diagnostic d'anémie doit être obligatoirement réalisé par une analyse sanguine.

Étant donné la complexité et la diversité des origines de cette maladie, le traitement relève d'une thérapeutique dont la prescription doit être laissée, uniquement, au médecin.

SOMMAIRE

I. Définition et symptômes


C'est quoi l'anémie:

L'anémie est avant tout un symptôme et non une maladie en soi. Sa définition est purement biologique, et correspond à un taux d'hémoglobine (Hb) abaissé. C'est une situation, relativement, fréquente dans la population générale, et traduit le plus souvent une affection bénigne. Néanmoins, et en l'absence de cause évidente, des causes plus rares sont à rechercher, en particulier des affections malignes. La reconnaissance d'une anémie a été largement favorisée par la pratique de plus en plus courante des examens de laboratoire et plus, particulièrement, la numération formule sanguine.

La caractérisation d'une anémie nécessite une démarche rigoureuse qui doit prendre en compte:

a. Le patient: son origine géographique, son âge, son sexe, son mode de vie et ses habitudes alimentaires, la prise de médicaments, ainsi que ses maladies antérieures.

b. L'interrogatoire du patient et la reconstitution de l'histoire du symptôme (anamnèse).

c. Un examen physique complet.

d. Certains examens biologiques systématiques: numération et formule des globules blancs, numération des plaquettes, numération des réticulocytes, aspect des globules rouges sur le frottis sanguin, les autres constantes érythrocytaires comme l'hématocrite, le VGM, et la TCMH.

Quatre grandes classes d'anémie:

Au terme de ce bilan simple, on peut isoler quatre grandes classes d'anémie:

a. Les anémies microcytaires et hypochromes, non régénératives: Ces cas sont, couramment, les plus communs. Ce sont, souvent, des anémies ferriprives (carences en fer) par saignements chroniques. Elles se manifeste par un VGM diminué, une TCMH abaissée et des réticulocytes normaux ou abaissés.

b. Les anémies normocytaires, normochromes, et non régénératives: Ces situations traduisent, la plupart du temps, une maladie de la moelle osseuse primitive ou secondaire et se manifestent par un VGM normal, une TCMH normale et des réticulocytes normaux ou abaissés.

c. Les anémies macrocytaires et non régénératives: anémies d'origine carentielle, elles sont dues, habituellement, à une carence en vitamine B12 et/ou folates (vitamine B9) et se traduisent par un VGM augmenté, des réticulocytes normaux ou abaissés.

d. Les anémies régénératives: Elles sont définit comme étant des anémies hémolytiques par destruction des globules rouges. Elles sont représentées, essentiellement, par les anémies hémolytiques auto-immunes définies par la présence au sein de l'organisme d'anticorps (auto-anticorps) dirigés contre les globules rouges. Les réticulocytes sont fortement augmentés.

Pour chaque type d'anémie, des examens complémentaires plus ou moins spécialisés seront nécessaires pour pouvoir porter un diagnostic de certitude.

Pour résumer:

L'anémie est due, comme indiqué ci-dessus, à un manque de globules rouges dans le sang. On la reconnaît principalement par un examen biologique. Elle peut, notamment, se manifester par une grande fatigue générale et une pâleur anormale de la face. Ces symptômes demeurent manifestement subjectifs, c'est pourquoi l'avis d'un professionnel de la santé est primordial.

Comment la reconnaître?

On peut distinguer schématiquement deux grands types d'anémie: l'anémie d'installation aiguë dont le diagnostic est facile et rapide, et l'anémie d'installation plus lente dans le temps (chronique) plus délicate à reconnaître.

a. L'anémie aiguë: Sa reconnaissance est généralement facile car elle est mal tolérée. La présentation est souvent bruyante et associe des signes d'anémie (pâleur, fatigue, essoufflement, tachycardie) et de diminution de la masse sanguine circulante ou hypovolémie (hypotension artérielle, marbrures, refroidissement des extrémités, troubles de la conscience, état de choc).

b. L'anémie chronique: L'amplitude des manifestations est changeante. Elle est fonction de la profondeur de l'anémie, de sa rapidité d'installation, et du terrain sur lequel elle survient. Une pâleur cutanée ou des muqueuses (conjonctives) est généralement retrouvée à l'examen.haut page magasin bio ligne

II. Évolution, complication et facteurs de risque


Complications:

Il est très important de noter qu'il ne faut guère négliger cette fatigue qui, faute d'être correctement diagnostiquée et soignée, ne peut aller qu'en s'accentuant et devenir un handicap sérieux pour vivre d'une manière enthousiaste et épanouie.

Facteurs de risque:

Dans la démarche diagnostique, interroger le patient est une étape fondamentale qui permet déjà une première orientation sur l'origine de l'anémie. On s'attachera particulièrement à rechercher des facteurs de risque et/ou des facteurs aggravants.

Il faut savoir reconnaître certaines situations qui peuvent soit être à l'origine d'une anémie, soit favoriser la survenue de l'anémie, ou enfin entretenir l'état d'anémie:

a. Le sexe: Les anémies hémolytiques ne se voient que pour le sexe masculin. Elles sont déclenchées par l'ingestion de fèves.

b. L'âge: L'origine est, souvent, congénitale chez l'enfant. Chez une femme non ménopausée, les pertes gynécologiques sont la cause principale d'anémie.

c. L'origine géographique: Si certaines formes de thalassémies (anémies héréditaires) sont, essentiellement, rencontrées dans les régions du bassin méditerranéen, la drépanocytose (anémie génétique) atteint, surtout, les personnes originaires, ou qui habitent, dans le continent africain.

d. Les habitudes alimentaires: une alimentation équilibrée en protéines animales (viande, œufs, poisson) et végétales (légumes) est indispensable car elle apporte les vitamines nécessaires à la fabrication du GR et de ses constituants. Ainsi, des régimes très stricts et prolongés peuvent être à l'origine de véritables anémies carentielles.

f. Les prises médicamenteuses et l'automédication: l'aspirine et les anti-inflammatoires peuvent être à l'origine de saignements gastriques minimes mais répétés dans le temps, et pouvant passer inaperçus pendant longtemps. À terme, une véritable anémie peut s'installer. Toute autre médication pouvant induire une anémie devra également être signalée.

g. La grossesse est une situation physiologique où les besoins en fer sont augmentés. Une supplémentation en fer est souvent nécessaire en fin de grossesse pour corriger une anémie éventuelle.

h. L'existence d'une maladie antérieure pouvant se compliquer par l'apparition d'une anémie.haut page magasin bio ligne

III. Phytothérapie et anémie


Les plantes médicinales ne soignent pas l'anémie, cependant, elles peuvent aider l'organisme à constituer ses réserves en globules rouges et en fer. Parmi les végétaux connus dans la médecine populaire, par leur capacité à aider la formation de ces cellules, dont le cytoplasme est, relativement, riche en hémoglobine, on cite la gentiane, la centaurée, le noyer, les épinards, le persil, l'absinthe, l'achillée millefeuille et le romarin.

Il est, aussi, d'usage, pour lutter contre l'anémie, d'employer les graines de fenouil. Faire macérer les graines durant 7 jours, puis prendre deux cuillerées avant et après les repas.

Les sommités fleuries, fraîches ou séchées, de millepertuis peuvent être également préparées de la même façon. Macérer 50 grammes pendant une bonne semaine. Filtrer et exprimer en utilisant un linge fin. Prendre un verre avant les deux principaux repas.

Les racines de fraisiers seraient notamment utiles pour favoriser la régénération des globules rouges. Elles sont utilisées à raison de 50 grammes par litre. Faire bouillir la composition durant 5 minutes et prendre 3 tasses de décoction par jour.

Les feuilles de l'ortie piquante seraient aussi efficaces contre l'anémie, très probablement grâce à leur richesse en fer. Elles sont préparées en décoction à raison de 50 grammes par litre d'eau. Les faire bouillir pendant 10 minutes et prendre deux tisanes par jour.

Toujours pour diminuer les effets d'anémie, certains nutritionnistes préconisent la consommation de fruits secs. Trois noix bio, mixées, puis additionnées d'une bonne cuillère à café de miel bio, le tout ajouté dans un verre de jus de fruits frais, bio et fait maison seront une portion magique, à consommer à jeun, pour se revigorer et reprendre la forme.haut page magasin bio ligne

IV. Autres traitements naturels contre l'anémie


Oligothérapie:

Fer (gluconate de fer): prendre une ampoule le matin à jeun.

Diététique:

Sur le plant nutritionnel, plusieurs approches s'accordent sur le rôle d'une alimentation variée, équilibrée et riche en fer, afin de pouvoir aider l'organisme à lutter contre l'anémie.

Il est ainsi conseillé de consommer des artichauts et de l'avoine élaborés en bouillie de farine, dans du lait, accompagnés du beurre jusqu'à cuisson complète.

Il est aussi préconisé d'adopter une alimentation assez riche en vitamine B12. Les viandes, les foies d'animaux et les fromages en font partie.

La consommation d'aliments renfermant des quantités relativement importantes en fer est également recommandée. Parmi ces mets on peut volontiers citer l'abricot, l'ananas, les asperges, les betteraves, les champignons, le cresson, la mâche, le melon, les noix, les olives, le persil, le pissenlit, les poires, les poireaux, les pommes, les prunes, le raifort, le pollen, le miel et la gelée royale.

Il aussi possible de prendre du jus de carotte, à raison de 100 grammes par jour.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

Utilisation des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com. Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité.