Mon potager et jardin bio

Les arbustes toxiques de nos jardins

Toutes ces beautés, qu'on va citer dans cet article, sont à manipuler simplement avec précaution (se laver les mains après un travail sur ces plantes, éviter le contact de la sève sur la peau directement, éviter tout contact de la plante avec les yeux…) car les risques d'ingestion sont surtout accidentels, et si nous, adultes nous ne serons pas tentés de manger tel fruit, ou telle baie douteuse, encore moins telle feuille ou racine, il n'en est pas ainsi de nos jeunes enfants ; prudence donc, dans l'emploi de ces plantes, à réserver alors en un endroit peu visité par ces chers petits!!

Apocynacées


Nerium oleander (Laurier-rose): Cet arbuste attire beaucoup par ses caractéristiques décoratives et son évocation méditerranéenne. Ses feuilles opposées persistantes, coriaces longuement effilées, d'un beau vert bleuté et ses fleurs enviées et attendues, d'un beau rose, blanches ou pourprées, odorantes, composant de larges bouquets terminaux le rendent indispensable sur la terrasse, au balcon ou dans l'orangerie ! Pourtant, s'il porte un nom vernaculaire rappelant le laurier-sauce, il ne peut en aucun cas être utilisé en cuisine car il renferme comme un certain nombre de la même famille, un poison violent dans toutes ses parties.

Celastracées


Euonymus europaeus (Fusain d'Europe): Ses qualités décoratives au jardin sont nombreuses. Grand arbuste ou petit arbre caduque, il porte des rameaux tétragones caractéristiques, des feuilles ovoïdes vert foncé virant au rouge en automne. Suivant une floraison insignifiante, apparaissent des bouquets de fruits de couleur rouge, de forme sphérique, caractérisés par la présence de quatre lobes non moins spectaculaires renfermant des graines orange vif. Mais elles ne doivent pas faire oublier que toute la plante est toxique et peut provoquer des douleurs abdominales en cas d'ingestion.

Cupressacées


Juniperus sabina (genévrier sabine): Ce conifère est un arbrisseau décoratif à écorce gris-brun s'exfoliant, aux rameaux portant des feuilles réunies par paires, ovales vert foncé à vert gris, et munies au revers d'une petite glande. Si on la froisse elle dégage une forte odeur et la substance contenue dans ces glandes peut provoquer des irritations de la peau. Outre le fait qu'il soit très décoratif et apprécié dans les jardins d'agrément, il n'est pas bon de s'y frotter sans protection de la peau.

Ericacées


Rhododendron ferrugineum (Rhododendron ferrugineux, Laurier-rose des Alpes, Rosage ou Rose des Alpes): Cet arbuste compact ne dépasse pas 1m 50 de hauteur et se plaît au plein soleil. Son port compact et son feuillage persistant, vert foncé, dont le revers semble couvert de rouille brune-rougeâtre. Les fleurs apparaissent en juin, ce sont de belles corymbes groupant entre 6 et 8 fleurs roses cramoisi ou blanches. C'est la sève qui est toxique et peut provoquer de vives irritations.

Papilionacées


Cytisus scoparius (Genêt à balais): Cette arbuste des plus communs et connus de nos jardins, est caractéristique par ses rameaux lâches, allongés fins et anguleux vert franc, aux feuilles trifoliées sessiles. Les fleurs qui métamorphosent littéralement l'aspect habituellement vert et uniforme sont jaune d'or. Derrière leur éclat éblouissant, les fleurs cachent des propriétés dangereuses.

Laburnum anagyroïdes (Cytise faux ébénier, Cytise à grappes, Cytise aubour ou faux ébénier): Cet arbre caduque aux feuilles trifoliées longuement pétiolées, au revers légèrement duveteux, est très décoratif au printemps grâce à une profusion de grappes pendantes jaunes vif. Il est bien connu et redouté aussi pour ses caractéristiques toxiques sur tout l'ensemble de la plante et particulièrement dans les graines qui ressemblent à des petits pois.

Renonculacées


Paeonia officinalis (Pivoine officinale): Cette plante vivace est de plus en plus recherchée pour décorer le jardin. Au dessus d'une touffe herbacée au feuillage simple émergent au printemps des fleurs solitaires généreuses, d'un rouge cerise éclatant, formant une coupe plus ou moins double selon les nombreuses variétés. La racine de saveur très acre n'incite pas à être consommée.

Rhamnacées


Rhamnus cathartica (Nerprun purgatif, Nerprun cathartique ou Nerprun officinal): Ce petit arbre est intéressant par son port compact et son feuillage qui bien que caduc, soit joliment vert foncé lustré en saison et jaune à l'automne. Il porte des épines, et s'avère intéressant en haie défensive. Cependant, sa délicate mais peu signifiante floraison jaune-vert, au printemps est suivie de baies noires contenant des graines toxiques.

Rosacées


Prunus laurocerasus (Laurier-cerise, laurier de Trébizonde, laurier-amande ou laurier-palme): Ce grand arbuste persistant compact à l'état jeune et plus ample et étalé en vieillissant, remplit de grands services lorsqu'il est utilisé en haie. En effet, son feuillage vert lustré plus ou moins clair selon l'époque de l'année, et ses fleurs printanières blanches parfumées mêlent l'utile à l'agréable. Mais attention, car les feuilles dégagent au moindre froissement une forte odeur d'amende amère et ses fruits rouges puis noires, en forme de petites cerises sont immangeables.

Prunus padus (Cerisier à grappes ou Merisier à grappes, amaruvier, bois-puant, putier, putiet, putet ou pétafouère): Cet arbre moyen, au port étalé a des feuilles caduques, vert foncé en forme d'ellipse. Sa forme conique à l'état jeune et ses couleurs flamboyantes en automne en font un très beau spécimen au jardin. Ses fleurs apparaissent en mai, en forme de petites coupes, blanches, parfumées, réunies en grappes pendantes. Les fruits qui s'ensuivent sont des petites drupes noires, de la taille d'un petit pois.

Taxacées


Taxus baccata (if commun): L'if est une plante très ancienne, que l'on trouve encore dans certains vieux cimetières. C'est un arbre touffu persistant, au feuillage vert foncé. Les fleurs que ce soit sur les pieds mâles que sur les pieds femelles sont, sur un plan décoratif, insignifiantes, ce sont les pieds femelles qui produisent une graine entourée d'une enveloppe charnue rouge vif caractéristique. Toute la plante est toxique, particulièrement la graine, alors que son enveloppe rouge charnue ne l'est pas !

Thyméléacées


Daphné mezereum (bois-joli, jolibois): Ce bois-joli est un petit arbuste aux qualités décoratives incontestables: son feuillage en bouquets terminaux vert-glauque, son bois brillant, lisse et souple et surtout sa floraison en étoile, rose pourpre, groupée au sommet des tiges dès février suivie par des baies décoratives vertes puis oranges en attestent! Cependant toute la plante est toxique, jusqu'à la sève qui peut provoquer des brûlures plus ou moins importantes suivant la sensibilité du sujet.

Solanacées


Datura arborea (trompette du jugement, la trompette des anges): Cet arbre dans le midi, reste un arbuste dans nos régions plus fraîches. Il est très apprécié surtout pour ses grandes fleurs pendantes, blanc pur, formant des cornets superbes et spectaculaires! Ce sont les graines qui sont particulièrement à redouter mais dans nos régions elles semblent ne presque jamais mûrir! La manipuler cependant avec précaution lors de tailles ou de transplantation!

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com.