Magasin bio en ligne

Oïdium de la betterave sucrière: biologie, symptômes et lutte bio

Cycle de développement de l'oïdium de la betterave sucrière


Agent causal de la maladie fongique: Erysiphe betae (Vanha) Weltzien ou Erysiphe communis.

Le champignon du blanc de la betterave se distingue par sa capacité à germer en conditions difficiles, particulièrement sèches. Sa température optimale de développement est de 20°C, d'où son apparition tardive en été. Une alternance de périodes humides et sèches semble être un facteur favorisant la progression de l'infestation.

La propagation et la dissémination d'Erysiphe betae, responsable de la maladie d'oïdium de la betterave sucrière, sont assurées par les conidies.

Le fin duvet de couleur blanche de l'agent infectieux, dispersé sur le feuillage externe de la betterave, se présente sous forme de petites étoiles. Il prospère et devient poudreux, en envahissant progressivement toute la surface des feuilles.

Le poudrage blanc de l'oïdium de la betterave sucrière est constitué de conidies portées par les conidiophores. Les spores, qui ont atteint le stade de maturation, se détachent et se laissent transportées par les vents, la pluie et les eaux d'irrigation.

À un stade avancé de l'attaque du champignon, et au sein même du mycélium, on aperçoit l'apparition de sphères globuleuses d'environ 0,5 mm de diamètre. Ces corps jaunes, qui noircissent progressivement, sont en réalité des fructifications (périthèces) contenant les spores (asques). Elles permettent d'assurer la conservation d'Erysiphe betae durant les saisons défavorables à son bon développement.

Symptômes de l'oïdium de la betterave sucrière


Les feuilles de la betterave sucrière, attaquée par Erysiphe betae, se recouvrent d'un feutrage blanc qui se distingue par son aspect poudreux. Ces symptômes sont souvent remarquées dans le courant de la saison d'été, surtout en mois de juin.

oïdium betterave erysiphe betae

Crédit photo © INRA - inra.fr - Erysiphe betae (Oïdium sur la face supérieure de la feuille de betterave)

La maladie cryptogamique du blanc de la betterave sucrière se déclare, d'abord, en foyers, sur des plantes isolées, et s'étend, ensuite, rapidement sur l'ensemble de la culture.

Les feuilles de la betterave, atteintes par le champignon, restent vertes, en début de l'infection, puis jaunissent et se dessèchent au fur et mesure de la progression de l'oïdium. En cas de fortes attaques, l'infestation diminue considérablement l'assimilation chlorophyllienne, provoquant par conséquent, une baisse importante des rendements.

Lutte biologique contre l'oïdium de la betterave sucrière


Bien que l'attaque du champignon, Erysiphe betae, intervient souvent peu avant le commencement des récoltes, Bio en ligne recommande fortement de surveiller l'infestation.

Soulignons que la période idéale pour effectuer une intervention biologique efficace se situe au stade étoile de l'agent pathogène, en d'autre terme, dès l'apparition des premiers stigmates de la maladie fongique du blanc de la betterave sucrière.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne