Magasin bio en ligne

COCHENILLES: DÉGÂTS ET MÉTHODES DE LUTTE BIOLOGIQUE

Plantes sensibles aux cochenilles


Les cochenilles, de la superfamille des Coccoidea, sont des insectes polyphages. Les Diaspines préfèrent le poirier, le pêcher, le prunier, le noyer, le pommier, l'olivier et l'abricotier. Elles peuvent également s'attaquer aux abricotiers, groseilliers, cerisiers, cassissiers, mûriers et à de nombreuses espèces d'agrumes. Les cochenilles Diaspines adorent aussi les espèces forestières et ornementales telles que les platanes, les acacias, les palmiers et les laurier-roses.

Pour les Lécanines, on dénombre plusieurs espèces végétales fruitières sensibles ainsi que la vigne, le rosier, l'olivier et la glycine.

Les Pseudococcidés (Pseudococcidae), ou les cochenilles farineuses, aiment les plantes d'intérieur, les agrumes, les tomates et le laurier-sauce.

Dégâts des cochenilles sur les plantes cultivées


Diaspines:

Les cochenilles appartenant à la famille des Diaspines pondent du mois de mai jusqu'à l'automne, plusieurs dizaines d'œufs par femelle. Les larves se fixent sur les branches et les rameaux, parfois sur les feuilles et les fruits des espèces végétales.

Les Diaspines, comme c'est le cas des Homoptères, sont des piqueurs suceurs. Ces cochenilles piquent et sucent la sève tout en sécrétant un bouclier de protection.

Les rameaux des arbres attaqués par les cochenilles Diaspines sont abîmés, voire desséchés. La croissance est par conséquent ralentie et les rendements sont relativement faibles.

Lécanines:

La ponte des cochenilles de la famille des Lécanines commence en mois de mai et s'achève en juin. Les femelles pondent jusqu'à 2000 œufs et les protègent sous leur carapace.

Les larves des Lécanines se fixent sous les feuilles des végétaux et les piquent au niveau des nervures afin de se nourrir. Ces insectes très redoutables hivernent sur les branches et le tronc.

Les dégâts occasionnés par les cochenilles Lécanines peuvent être considérables. Elles affaiblissent la plante et ralentissent la production des fruits. Elles produisent notamment du miellat provoquant l'apparition de la fumagine.

Traiter les cochenilles d'une manière biologique


Lutte préventive:

Juste avant le début de la saison hivernale, il est souvent conseillé, afin de se prémunir des attaques de cochenille, de protéger les arbres et les arbustes fruitiers en badigeonnant au pinceau le tronc et le départ des grosses branches. On utilisera un produit à base de chaux ou d'argile verte. Cette technique permet d'asphyxier les cochenilles hivernant sur l'écorce.

On peut également procéder à une lutte mécanique en nettoyant l'écorce au niveau du tronc à l'aide d'une brosse métallique.

Traitement curatif:

Nettoyage des plantes attaquées à l'aide d'un coton imbibé d'eau et d'alcool. On peut également employer une décoction de nicotine qu'on mélange avec de l'huile végétale et de l'alcool à brûler.

Contre les Lécanines, on peut utiliser des recettes à base de savon noir. Si on remarque la présence des cochenilles farineuses (Pseudococcidés, Pseudococcidae), en l'occurrence Planococcus citri, on peut procéder à l'installation des pièges à phéromones. Cette technique est relativement très efficace car elle permet de limiter la reproduction en attirant les mâles reproducteurs.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne