Quelles sont ces déformations et ces taches sur les fleurs ?

Certaines maladies ou certains parasites cités précédemment sur les feuilles et les tiges des plantes peuvent atteindre dans leur développement les organes floraux c'est le processus de développement normal de la maladie ou du parasite ; d'autres par contre s'attaquent plus spécifiquement à ces organes et nous laissent d'autant plus démunis qu'ils atteignent ce que nous préférons sur nos plantes ; là encore, bien connaître les symptômes permettra d'apporter une solution rapide et adaptée.

SOMMAIRE

I. Symptômes: des taches sur fleurs et boutons floraux dues à des maladies cryptogamiques, des virus ou des bactéries


La maladie des taches rouges sur les Amaryllis cette malade cryptogamique atteint les hampes florales en commençant par des taches rougeâtres qui évoluent en déformation des fleurs et peut provoquer finalement l'avortement des boutons floraux à venir. Pour y remédier, préventivement, il est conseillé de veiller à ne pas utiliser de substrat lourd et de bien aérer le local où se trouve la plante. Si la maladie est installée, un traitement à base de cuivre peut être nécessaire.

Certains virus provoquent des panachures sur les pétales de quelques plantes telles que les Giroflées, les Glaïeuls, les Iris et les narcisses: les fleurs perdent ainsi de leur attrait car les taches ou les stries provoquées contrastent avec la couleur originale des pétales, et surtout de leur vigueur. Ce sont par exemple les panachures de la tulipe, du pois, et la mosaïque du Narcisse. D'autres virus provoquent uniquement un changement de couleur générale de la fleur, par exemple, la mosaïque de la tulipe.

Sur les cyclamens, des taches apparaissent sur les pétales provoquées par le champignon de l'Anthracnose du cyclamen ; cette maladie cryptogamique évolue en causant le rabougrissement et le dessèchement des boutons. Pulvérisez régulièrement un bio-fongicide approprié et supprimez les parties malades. Complétez par un engrais naturel pour plantes à fleurs et vérifiez que votre cyclamen ne souffre pas d'excès d'humidité ou de carences.

Le feu bactérien est un fléau qui s'est attaqué rapidement et particulièrement aux espèces végétales de la famille des Rosacées. Atteignant aussi bien des arbres d'ornement tels que les Amélanchiers et des Aubépines que des arbres fruitiers particulièrement les poiriers. Bien qu'un grand nombre d'espèces aient été créées résistantes à la bactérie, les symptômes caractéristiques peuvent encore s'observer sur des espèces sensibles. Ils se reconnaissent par l'aspect brûlé des pousses terminales et des bouquets floraux et leur recroquevillement en forme de crosse. Les boutons floraux dessèchent et meurent. On peut observer une exsudation de liquide blanchâtre des craquelures de l'écorce à proximité des organes atteints. Les conditions de développement de cette bactérie redoutable sont humidité et chaleur, mais c'est surtout au moment de la taille que les plus gros risques d'infection apparaissent, par l'intermédiaire des outils. Un grand soin apporté à la désinfection des outils de taille, une élimination systématique des plantes très atteintes et des rameaux infectés, une humidité du sol modérée et une utilisation de variétés reconnues résistantes peuvent contribuer à limiter le développement de cette bactérie. Par ailleurs, des traitements à la Bouillie Bordelaise donnent de bons résultats.

Sur Cerisiers d'ornement et Cognassier du Japon, des symptômes tels que le dessèchement des fleurs et bouquets floraux puis progressivement des rameaux qui les portent sont dus à une Moniliose, maladie cryptogamique ; peuvent se développer des chancres compromettant sévèrement la bonne circulation de la sève et un dépérissement progressif des parties situées en aval. Dès observation de tels symptômes, éliminer les rameaux apparemment atteints et pulvériser juste avant le débourrage des bourgeons un fongicide biologique à base de cuivre.

Sur les Azalées cultivées en serre, des symptômes caractéristiques apparaissent sur les fleurs sous forme de taches décolorées devenant translucides par l'action du champignon sur les cellules de la plante : les cellules se vident d'où la consistance gluante de ces taches. La chaleur et l'humidité sont des facteurs de développement rapide, ainsi quelques heures suffisent. Cette maladie cryptogamique de l'Azalée peut être traitée chimiquement en production, pour ce qui est du particulier, il est conseillé d'éliminer les parties florales malades, d'aérer le local, et d'éviter les arrosages sur les fleurs le soir. Compléter les différents soins d'un apport d'engrais en période de végétation.

Des taches brunes apparaissent sur les pétales des Camelia et peuvent être dues à Sclerotinia ; le développement de cette maladie cryptogamique entraîne petit à petit la chute des boutons floraux et compromet la floraison tant attendue. De plus des masses noirâtres apparaissent consécutivement qui sont les formes de fructification de la maladie. Dès l'apparition des symptômes sur les fleurs, il est préférable d'enlever aussitôt les parties malades et de bien ramasser les fleurs tombées atteintes qui propageraient la maladie. Un apport de terre de bruyère renouvelant la couche superficielle du sol permettra de nouveaux apports nutritifs pour la plante et une limitation de la propagation par le champignon dans les premiers centimètre du sol (éclaboussures des pluies sur les fleurs).

Sur un certain nombre de plantes à fleurs, ainsi que sur des arbustes tels que les hortensias, les aubépines, les rosiers, des taches caractéristiques apparaissent sur les fleurs un feutrage blanc et poussiéreux. Petit à petit des déformations sont causées sur les pédoncules floraux et les boutons peuvent avorter après dessèchement. Sur l'hortensia, les fleurs épanouies peuvent subir une attaque du champignon : elles se couvrent alors de taches brunes et violacées qui s'étendent progressivement à toute l'inflorescence. Il est nécessaire suivant le degré d'attaque de la maladie, de supprimer les parties atteintes (lorsque les fleurs sont atteintes, un certain nombre de feuilles ainsi que des tiges peuvent être déjà contaminées) et de pulvériser régulièrement un bio-fongicide adapté à cette maladie.haut page magasin bio ligne

II. Symptômes: des pourritures sur fleurs et boutons floraux dues à des maladies cryptogamiques, des virus ou des bactéries


La pourriture grise déjà présentée sur les feuilles et les tiges d'un grand nombre de plantes cultivées, présente également des symptômes sur les fleurs et les boutons floraux. Des taches d'aspect brûlé brunes se couvrent d'une poussière grise typique et les boutons sèchent et avortent. Les fleurs écloses se couvrent de petites taches qui se nécrosent rapidement. De grands soins apportés en cours de multiplication ou développement des plantes peuvent limiter les risques d'apparition ou la propagation du champignon (supprimer les débris végétaux atteints, limiter les arrosages, semer clair, éviter les variations de températures) ; par ailleurs sur les plantes déjà bien développées, des pulvérisations préventives régulières de bio-fongicide adapté donnent de bons résultats.

Une pourriture des boutons et des fleurs épanouies est due à une nécrose bactérienne des fleurs sur Chrysanthèmes. L'apparition de la présence de la bactérie est notée par des taches foliaires irrégulières et une pourriture des boutons et des fleurs épanouies.

Une pourriture des fleurs de Renoncule suite à l'observation de taches et de lésions de forme allongée, apparaissent: c'est une pourriture humide caractéristique. Un traitement au moment de la plantation des griffes limite l'apparition de la maladie.haut page magasin bio ligne

III. Symptômes: déformations et décolorations sur fleurs et boutons floraux dues à des maladies cryptogamiques, des virus ou des bactéries


D'autres viroses que celles citées ci-dessus provoquent des déformations ou des décolorations sur les fleurs : par exemple, sur les Cattleya et autres orchidées, les pétales subissent alors des enroulements ou des crispations ; sur le Chrysanthème, les inflorescences s'épanouissent mal ou incomplètement ; sur les Phlox ou les reine-marguerites des fleurs sont modifiées en feuilles verdâtres inesthétiques. Ce sont généralement d'autres plantes, les insectes, ou des conditions de culture défavorables, ou encore les outils de soin, qui peuvent potentiellement transmettre des virus, ou d'autres infections, d'une plante à une autre. Pour cela l'action préventive consistera, à la mesure du particulier, à éliminer toute plante présentant des symptômes semblables, à bien nettoyer les outils lorsqu'on effectue des bouturages ou des pratiques de culture, à limiter le nombre d'insectes susceptibles de provoquer des piqûres sur les plantes. La lutte curative n'est pas réellement possible, et il s'agira surtout en cas d'attaque par le virus d'éliminer la plante après avoir pris soin de prélever quelques boutures sur des parties jugées saines et indemnes du virus.haut page magasin bio ligne

IV. Symptômes: avortements des boutons floraux dus à des maladies cryptogamiques, des virus ou des bactéries


Comme il a été précisé plus haut, la pourriture grise provoque l'avortement des boutons floraux sur le Fuchsia, sur le Glaïeul, sur l'Hibiscus.

Une bactériose provoque le noircissement des boutons floraux et leur chute sur les Cannas.

Comme précisé ci-dessus, l'Oïdium provoque l'avortement de la floraison également sur les Eschscholtzia, et sur les pommiers.

Les jacinthes et les lis peuvent subir l'attaque d'une fusariose qui provoque la réduction de la taille des inflorescences et l'avortement des boutons floraux.haut page magasin bio ligne

V. Les affections physiologiques: ni maladies, ni insectes, mais choc ou accident cultural


Il est important de bien distinguer les symptômes sur les plantes atteintes, pour ne pas confondre une attaque de champignon ou d'une bactériose d'une simple affection physiologique. Sur certaines cactées par exemple, un excès d'azote peut provoquer la chute des boutons floraux, pour y remédier apporter de l'eau pendant la formation des boutons, et éviter d'arroser avec une eau trop froide.

Sur Chrysanthèmes: Il peut se produire un noircissement ou un brunissement des pétales du à un excès d'azote. Si des arrosages copieux suivent une période plus sèche, les capitules peuvent présenter des fissures et se déformer ; de même sous les capitules peuvent apparaître des fissures pouvant entraîner la chute du bouton floral. Un excès d'azote ou d'engrais rapides peuvent provoquer ces dérèglements.

D'autres causes physiologiques sont possibles : le froid inattendu ou des courants d'air intempestifs, une mauvaise exposition à la lumière ou des carences en éléments nutritifs.

La croissance générale et la floraison peuvent se trouver réduites par une chlorose par exemple sur Pieris et sur Rosier. Pour les plantes de terre de bruyère comme le Pieris, un apport de terre de bruyère remédiera, quant aux rosiers un apport d'engrais et un surfaçage en terreau spécial rosiers fera le nécessaire pour pallier au manque et redonner vigueur à la plante.haut page magasin bio ligne

Cf. aussi: Taches et déformations sur fleurs et boutons floraux dues à des insectes

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com.