Dysménorrhées: symptômes, causes et traitements

Les dysménorrhées sont des douleurs symptomatiques qui accompagnent, souvent, les femmes lors des règles. En termes scientifiques, on parle de dysménorrhée (règles difficiles) ou encore, parfois, d'algoménorrhée (règles douloureuses).

Les dysménorrhées sont très fréquentes, particulièrement, chez les jeunes filles puisqu'elles touchent à des degrés divers une adolescente sur deux. Les dysménorrhées sont d'intensité très variable. Dans la plupart des cas, il s'agit d'un simple inconfort avec tension du bas-ventre. Parfois, cependant, il s'agit de douleurs pelviennes, abdominales ou lombaires, violentes et accompagnées d'un malaise général pouvant contraindre à une interruption d'activité et nécessitant alors une consultation médicale.

SOMMAIRE

I. Dysménorrhées, de quoi s'agit-il?


Les dysménorrhées sont les sensations douloureuses qui se manifestent durant, ou avant, les règles. Elles peuvent durer de quelques heures à quelques jours.

tisane sauge feuilles magasin bio en ligne vmII s'agit d'un symptôme très présent surtout chez les jeunes filles et les femmes jeunes. Sa fréquence dans la population générale a été estimée entre 31 et 79 % constituant un véritable problème de santé publique. Les dysménorrhées doivent être prises en considération en particulier lorsqu'elles sont intenses, pouvant retentir, par leur répétition mensuelle, sur l'anxiété des patientes et de leur environnement ou les contraignant à une interruption d'activité de 1 ou 2 jours chaque mois. Les dysménorrhées représenteraient 15 % des raisons absentéisme scolaire et 10 % des causes d'absentéisme professionnel. Les dysménorrhées sont très variables dans leur description. Dans la plupart des cas, la dysménorrhée est modérée mais elle peut être très vive et parfois véritablement intolérable nécessitant une consultation médicale et un traitement approprié.

Il est essentiel de noter les caractéristiques de la dysménorrhée. Elles suffisent dans la majorité des cas à suggérer au médecin une cause à ces douleurs menstruelles et donc à orienter le traitement. Il peut s'agir de douleurs évoquant des spasmes (coliques utérines) ou de douleurs continues ou encore de douleurs congestives... Généralement les douleurs siègent dans le bas-ventre, mais elles peuvent être abdominales ou lombaires irradiant vers le périnée, le rectum ou les cuisses.

La dysménorrhée peut être isolée ou s'accompagner (souvent d'une manière identique d'un cycle à l'autre) de troubles digestifs (diarrhée, nausées, vomissements), de céphalées, de vertiges ou de malaises divers. La dysménorrhée peut également exister chez la mère et les sœurs et il faudra tenir compte de cette notion lors du traitement. La dysménorrhée existe, soit constamment à chaque cycle, soit occasionnellement évoquant alors un facteur déclenchant: conflit familial, changement de vie, problèmes affectifs...haut page magasin bio ligne

II. Deux types de dysménorrhée


Il convient de distinguer schématiquement deux grands groupes de dysménorrhées: les dysménorrhées primaires et les dysménorrhées secondaires.

La dysménorrhée primaire:

Elle apparaît chez une jeune fille sans passé gynécologique ou obstétrical particulier, 6 à 12 mois après les premières règles, parfois plus tard au cours des 3 années suivantes, lorsque s'établissent, régulièrement, les ovulations. Ce type de dysménorrhée primaire est dit essentiel, sans cause organique décelable. Mais, si cette dysménorrhée primaire se manifeste chez l'adolescente dès les premières règles, elle oblige à un examen génital dont le but est de rechercher une malformation génitale, rare, s'opposant à l'écoulement du flux menstruel.

Les dysménorrhées secondaires:

Elles, apparaissent plus tard, généralement après l'age de 20 ans, parfois après un événement gynécologique (accouchement, intervention chirurgicale...). Ces dysménorrhées évoquent le plus souvent une cause organique généralement bénigne qu'il est nécessaire de diagnostiquer et de traiter.

Toutes les dysménorrhées ne nécessitent pas de consultation médicale.

La dysménorrhée de l'adolescente, si elle est très modérée, réduite à une simple tension du bas-ventre et ne retentissant pas sur la vie quotidienne de la jeune fille, ne nécessite ni consultation ni traitement. Par contre, chez une adolescente, une dysménorrhée au cours des toutes premières règles, a fortiori si elle est intense, impose une consultation ayant pour but d'éliminer une malformation génitale.

Les dysménorrhées secondaires imposent une consultation d'autant plus impérative qu'elles sont intenses et qu'elles perturbent la vie quotidienne des patientes. Le médecin procédera à un interrogatoire minutieux, puis à un examen clinique général et gynécologique. Il demandera parfois une échographie pelvienne et, rarement, d'autres investigations ayant pour but d'éliminer une cause organique à la dysménorrhée:

a. Infections génitales chroniques (parfois silencieuses) et leurs séquelles.

b. Endométriose (du tissu ayant les caractéristiques de la muqueuse utérine -ou endomètre- siège à un autre endroit).

c. Certains polypes ou fibromes utérins.

d. Une synéchie (adhérence à l'intérieur de la cavité utérine).

e. Un rétrécissement du col utérin (après cautérisation, par exemple).

f. Certains troubles de la statique utérine.haut page magasin bio ligne

III. Quels remèdes?


Les traitements classiques:

Le traitement des dysménorrhées dépend de leur intensité et de leurs causes éventuelles. Dans tous les cas, ce traitement devra tenir compte d'éventuels facteurs psychologiques associés à la dysménorrhée et pouvant avoir un rôle amplificateur de la douleur.

Les dysménorrhées légères, sans cause organique, relèvent des analgésiques (paracétamol en général car l'aspirine augmente le flux menstruel) ou des antispasmodiques.

Les autres dysménorrhées fonctionnelles relèvent soit des anti-inflammatoires non stéroïdiens (qui inhibent la synthèse des prostaglandines lesquelles jouent un rôle fondamental dans la genèse des dysménorrhées) soit de traitements hormonaux parmi lesquels peut figurer la pilule contraceptive estro-progestative.

Le traitement des dysménorrhées organiques relève du traitement médical ou éventuellement chirurgical de leurs causes.

Ainsi, dans l'immense majorité des cas, il est possible de soulager simplement et efficacement, voire de guérir, les femmes souffrant de dysménorrhée. Les femmes n'ont pas à supporter avec fatalisme les règles douloureuses.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

Utilisation des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com. Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité.