Récolter, sécher et conserver les plantes aromatiques (PAM)

Les plantes aromatiques et médicinales sont employées pour leurs vertus depuis la nuit des temps. Nos ancêtres étaient d'excellents botanistes connaissant parfaitement les herbes et maîtrisaient à merveille les techniques pour les cueillir, les sécher et les conserver.aneth anethum graveolens

Le séchage des végétaux est l'une des opérations les plus importantes dans le processus de production et de commercialisation des plantes aromatiques et médicinales.

Elle permet la conservation des principes actifs de la plante et sa protection contre toute dépréciation ou pourriture.

Dans cette article, vous allez découvrir comment choisir entre une plante fraîche ou séchée ? les stades végétatifs les plus appropriés pour récolter une plante médicinales ? comment sécher soit traditionnellement, soit d'une manière plus professionnelle votre végétal ? et, en fin, les erreurs à ne pas reproduire pour bien conserver votre butin.

Crédit photo © starr-environmental - flickr.com - Anethum graveolens (Inflorescence et graines d'aneth)

SOMMAIRE

I. Alors, plantes séchées ou fraîches


amande douce huile vegetale bioDans l'absolue rien n'est plus efficace en phytothérapie qu'une plante fraîchement récoltée. Cependant, une herbe parfaitement déshydratée, en respectant toutes les conditions, et puis correctement conservée, peut se révéler aussi efficace qu'une plante fraîche.

Bien sûr, lorsque les herbes fraîches sont disponibles et que la saison le permet, leur utilisation est préférable notamment pour préparer les tisanes. Les plantes séchées sont, par ailleurs, souhaitables si l'on veut préparer des baumes ou des huiles végétales, car l'eau contenue dans les herbes fraîches peut altérer l'huile.

Notons également que les plantes déshydratées sont plus concentrées en principes actifs que les herbes fraîches (l'eau a un effet solvant). Elles sont, en outre disponibles, tout au long de l'année.

Pour résumer, disant que la règle prévaut l'usage des plantes fraîches, en sachant que leur pénurie peut être parfaitement comblée par des herbes séchées par soi ou acheter en herboristerie biologique.haut page magasin bio ligne

II. La récolte des plantes médicinales


Boutons et fleurs:

Il est souvent souhaitable de cueillir ces organes végétatifs au début de leur éclosion. Il ne faut pas attendre qu'ils soient totalement ouverts. Les boutons floraux de l'achillée millefeuille, par exemple, sont parfaits lorsqu'ils sont complètement formés mais peu ouverts.

Feuilles:

tisane sauge feuilles bioIl est préférable de récolter les feuilles avant que les plantes médicinales soient en pleine floraison. C'est la règle générale qui demeure, toutefois, qu'une simple indication.

Chez certaines espèces de menthe, les feuilles sont très actives lorsque les plantes sont en fleurs. Les feuilles d'ortie piquante, quant à elles, doivent être récoltées précocement dans la saison avant que la plante ne commence à fleurir ou à monter an graine.

Racines:

Ces organes souterrains doivent être déterrés à l'automne ou pendant le début du printemps. C'est la période pendant laquelle la plante conserve ses atouts et son énergie dans ses racines ou dans son bulbe. Plus on avance dans la saison du printemps plus la force et l'énergie migrent des racines vers les feuilles, ensuite vers les fleurs, pour finir dans la graine.

Les racines de pissenlit se récoltent idéalement au printemps ou à l'automne, mais elles peuvent être déterrées à tout moment pendant la saison de croissance.

Ce qu'il faut retenir afin de s'assurer une bonne cueillette, c'est qu'on choisira des organes en forme, pleines de vitalité et en bonne santé. Il faut faire preuve de rigueur et de bon sens. Les plantes doivent être sélectionnées en fonction de leur vigueur et de leur état de santé. Ne jamais cueillir des plantes qui poussent au bord des routes, dans des champs cultivés et traités, ou dans des endroits susceptibles d'être contaminés par les pesticides.haut page magasin bio ligne

III. Sécher traditionnellement les plantes médicinales


Principes et règles:

Le séchage des plantes médicinales est une technique très ancienne qui consiste à déshydrater le végétal. Généralement, il doit respecter certaines conditions et des règles génériques. Il faut, en effet, que la température reste stable et relativement chaude (comprise entre 30 et 40°C) et que l'humidité relative de l'air soit minimal. Rappelons que ces deux paramètres (température et humidité) constituent des facteurs primordiaux.

De nombreux constituants biochimiques des plantes, contenus dans les huiles essentielles, sont relativement très sensibles à la chaleur. Des températures de séchages supérieures à 40°C peuvent détruire les composants médicinaux et entraîner la perte de tout intérêt thérapeutique.

Il faut notamment assurer une bonne aération dans le lieu de séchage et ne jamais exposer les plantes à sécher directement au soleil.

Afin de sécher votre menthe ou une autre plante aromatique ou médicinale que vous connaissez parfaitement, nous vous proposons deux manières de procéder:

Séchage des plantes à tiges:

Pour les plantes à tiges, faites en des petits bouquets que vous accrochez à des poudres et que vous laissez sécher la tête en bas dans une pièce sèche et ventilée (une véranda par exemple). Les bouquets doivent être séchés rapidement, uniformément, et en profondeur. Il faut notamment veiller à les détacher dès qu'ils soient entièrement secs afin d'éviter que les plantes ne se couvrent pas de poussières et d'insectes.

Bien qu'elle soit charmante et fantaisiste, cette méthode pittoresque et traditionnelle n'est pas forcément la plus efficace. Ces fameux bouquets destinés à faire des tisanes deviennent souvent un élément de décoration.

Séchage des autres plantes:

Pour les autres plantes, il faut les disposer à plat, en une seule couche ou plutôt une seule épaisseur, afin que l'air et la chaleur puissent circuler parfaitement entre elles. La superposition risque de provoquer le développement de moisissure à cause d'un manque d'aération.

Cette technique de séchage se fait généralement sur un grand linge propre et blanc posé sur le sol de 11 h à 16 h (maximum 17 heures) avant la venue de l'humidité du soir. Vous pouvez également utiliser des paniers ou des tamis posés à cheval sur deux chaises.

Il est conseillé de renouveler la démarche chaque jour jusqu'au séchage fini des plantes. Il faut surveiller la météo car si la pluie survient, vous risquez de perdre la totalité de la récolte. Si l'endroit est très ensoleillé, veillez à ce que la zone de séchage soit couverte avec un tissu léger et poreux.

Déshydrateurs d'aliments:

Les plantes médicinales peuvent être également séchées à l'aide d'un déshydrateur alimentaire. Il faut néanmoins régler la température entre 30 et 40°C.

Ces appareils électriques sont extrêmement efficaces pour sécher les plantes aromatiques. L'inconvénient principal est leur prix relativement cher (compter entre 200 et 350 €). L'investissement vaut vraiment la peine uniquement si on prévoit de cueillir et de faire sécher d'importantes quantités de plantes.

Congélation:

Cette technique peut être une bonne alternative et peut donner d'excellents résultats. La congélation convient aux particuliers pour conserver des petites quantités de plantes fraîches. Ces dernières sont tout simplement mises dans des sachets en plastique, étiquetés (nom et date de récolte) et soigneusement placés dans un congélateur. Avant emploi, les plantes seront décongelées et séchées en les tamponnant.

Séchage au four:

Cette méthode particulièrement pratique est préconisée pour sécher les racines et les parties ligneuses des plantes aromatiques. Pour ce faire, on commence par bien nettoyer les organes végétatifs fraîchement cueillis, puis on les sèche en utilisant un torchon propre et sec. Ensuite, on les coupe en fines tranches transversales, ou en petits morceaux, on les étale sur la tôle du four et on les enfourne à la température la plus basse. Le séchage au four dure, approximativement, deux à trois heures, mais il n'y, en fait, que la vigilance et l'expérience du préparateur qui comptent.haut page magasin bio ligne

IV. Sécher les PAM avec des méthodes professionnelles


Pourquoi sécher les plantes aromatiques et médicinales?

Le séchage des plantes reste une technique coûteuse et parfois non maîtrisée. La teneur en eau des végétaux doit être diminuée rapidement pour plusieurs raisons. Il faut en effet éviter les sources de contamination, conserver les principes actifs, mais, à température basse pour ne pas le détériorer et diminuer le poids de la matière sèche afin de faciliter les coûts liés au transport.

Il existe plusieurs méthodes pour sécher les plantes aromatiques: la déshumidification, le réchauffage de l'air par brûlure, par résistance électrique ou par pompe à chaleur.

Teneur en eau des plantes aromatiques et médicinales:

La teneur en eau varie selon l'espèce, la date de récolte, les conditions climatiques et l'heure pendant la journée. La majorité des plantes contiennent à l'état frais une teneur en eau comprise entre 55% et 85%, après séchage, les plantes devraient posséder une teneur finale en eau variant entre 10 et 15% (les bactéries cessent de se développer dans de telles conditions).

Classification des plantes en fonction du coefficient de séchage:

Le temps de séchage approprié doit tenir compte de différents paramètres relatifs à la nature de la matière végétal, sa texture et, surtout, de la capacité de l'évaporation de l'air. Il existe donc un coefficient qui homogénéise le temps de séchage en tenant compte des variables précitées.

1. Feuilles très faciles à sécher: Thym et verveine.

2. Feuilles faciles à sécher: Menthe, absinthe, origan et lavande.

3. Feuilles difficiles à sécher: Sauge et sarriette.

4. Feuille très difficile à sécher: Basilic et persil.

5. Fleur: Camomille et souci.

6. Racine: Gentiane et valériane.

7. Graine: Fenouil, cumin et anis.haut page magasin bio ligne

V. Effet du type et de la durée de séchage


Le rendement des plantes aromatiques et médicinales en huile essentielle et en principes actifs est très influencé par le type et la durée de séchage.

Cas du romarin:

Humidite et huile essentielle de romarinDes études menées sur le romarin officinale ont, en effet, montré que le rendement augmente au cours du séchage à l'air libre jusqu'à un maximum de 2% au 8ème jour (qui coïncide avec une humidité relative de 26%), puis décroît jusqu'à 0,26% au 18ème jours.

sechage ombre solaire romarinLe séchage solaire quant à lui connaît la même allure mais avec des rendements inférieurs par rapport au séchage à l'ombre.

La composition chimique a été notamment influencée.

Le taux du composé majoritaire (1,8-cinéole) est, ainsi, passé de 63% à 49% au bout de 6 jours.

Il accroît ensuite, puis se stabilise vers 60% environ au bout du 20ème jour.haut page magasin bio ligne

VI. Conservation des plantes médicinales séchées


Des plantes médicinales parfaitement séchées et bien conservées gardent très bien leurs vertus et peuvent être employées au moins durant une année.

La conservation est, en effet, réalisée dans des pots en verre munis de couvercles hermétiques et parfaitement étiquetés (l'indication de la date de récolte permet une meilleure gestion du stock). Il est aussi préférable (dans la mesure du possible) d'employer des bocaux ou des récipients petits, qui contiendront le moins d'air possible (s'il y a trop d'air, les plantes risquent d'absorber de l'humidité et de moisir). Il faut bien évidement les poser dans un endroit sec, à l'abri de la lumière et de l'humidité, et hors de portée des jeunes enfants.

Une plante séchée saine et utilisable doit garder le même aspect, la même couleur et un bon parfum identique à celui constaté le jour de la fin de séchage.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne