Conséquences de la cigarette sur l'arbre respiratoire

La fumée de tabac est un aérosol de 4000 composés chimiques (gaz et particules) (Pour en savoir plus Cf. Composition chimique de la cigarette). Elle pénètre plus ou moins profondément dans tout l'arbre respiratoire, de la trachée vers les grosses bronches, jusqu'aux bronchioles et alvéoles pulmonaires. Le poumon est l'une des premières victimes de l'agression de la fumée de tabac. Ce dernier est, en effet, à l'origine de plusieurs maladies pulmonaires et respiratoires, et, selon différentes recherches scientifiques, peut provoquer la majorité (plus de 80%) des cancers des poumons.

SOMMAIRE

I. L'effet du tabac sur le poumon


Le poumon est l'organe qui est l'une des premières victimes de l'agression de la fumée de tabac.

Il est constitué du tissu pulmonaire et de l'arbre respiratoire. L'arbre respiratoire, des grosses bronches jusqu'aux plus petites bronchioles, se termine par 300 millions d'alvéoles pulmonaires (70 m2 de surface) très richement vascularisées (vaisseaux) et permettant ainsi les échanges gazeux: apport d'oxygène et élimination du gaz carbonique. L'air que l'on respire n'est pas pur, mais le poumon est naturellement armé pour y faire face: toux, expectoration, intervention d'anticorps, de cellules à poussières ou macrophages.

La fumée de cigarette est un aérosol composé de deux phases: l'une gazeuse et l'autre particulaire. Si les gaz toxiques se diffusent dans la circulation alvéolaire avant d'être entraînés dans le circuit artériel, les particules ont tendance à se déposer sur la muqueuse bronchique et à pénétrer, pour les plus fines, jusqu'aux alvéoles pulmonaires. Les macrophages sont alors débordés et ne peuvent faire face. En se multipliant pour tenter d'éliminer les particules toxiques, ils secrètent un enzyme venant altérer à long terme l'élasticité alvéolaire. C'est ainsi que, les alvéoles claquant les unes dans les autres, telles des bulles de savon, l'emphysème apparaît.

Fumer un paquet de clopes par jour durant une vie, soit environ une vingtaine de cigarettes par jour pendant 35 à 40 ans, est synonyme de plusieurs kilogrammes, plus précisément 4,5 à 5 kg, de particules nocives amassées dans le poumon. Certaines de ces molécules toxiques seront éliminées au fur et à mesure par les cellules ciliées (garnies de cils) des bronches, recouvertes de mucus (escalator muco-ciliaire) et seront naturellement expectorées. Mais le tabagisme altère la mobilité des cils vibratils et rend le mucus moins fluide, plus collant: une seule cigarette par jour entraîne la paralysie des cils, quelques cigarettes/jour rajoutent à la paralysie des cils une érosion, et 20 cigarettes/jour sont responsables de la disparition des cellules ciliées, remplacées par une muqueuse épaisse métaplasique. La toux sera alors l'unique moyen pour se débarrasser des mucus et particules (toilette bronchique matinale). Cette élimination demeure malgré tout incomplète, les particules y stagnent, faisant le lit du cancer. Les germes se plaisent à proliférer dans ce mucus devenu plus épais. Au fil des années, l'écoulement de l'air dans les bronches se trouve perturbé et la fonction respiratoire diminuée (mesurée par un examen spirométrique).

En résumé, les affections pulmonaires non cancéreuses liées au tabac sont la résultante de trois mécanismes principaux, pouvant être imbriqués: l'inflammation, le rétrécissement de la lumière des voies aériennes avec obstruction au passage de l'air, la dilatation des espaces aériens distaux avec rupture alvéolaire (emphysème).haut page magasin bio ligne

II. Symptômes et affections respiratoires


L'exposition à la fumée du tabac engendre une inflammation de tout l'arbre respiratoire. Selon la durée et l'intensité du tabagisme, les symptômes aigus les plus fréquemment rencontrés sont la toux du matin (pas chez tous les fumeurs), les crachats le matin, une augmentation de la fréquence et de l'importance des crises d'asthme, des bronchites à répétition pouvant évoluer vers une bronchite chronique (elle touche près de 2 millions de Français qui toussent et crachent au moins 3 mois/an depuis au moins 2 ans).

Au fil des années, cette inflammation chronique vient modifier la capacité respiratoire et le fumeur se rend compte, dans des gestes simples de la vie quotidienne (montée d'escaliers) qu'il a moins de souffle. Le diagramme de Fletcher illustre l'altération du volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) de fumeurs qui ont fumé toute leur vie et ce que devient cette altération lorsque la personne arrête de fumer: dès que l'arrêt du tabac est effectif, il y a une amélioration notable des capacités respiratoires.

En cas de poursuite du tabagisme, peuvent survenir une insuffisance respiratoire aiguë puis chronique, une broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO), un emphysème.

La BPCO est responsable de 50000 hospitalisations par an, de 10000 décès par an et de nombreux cas d'invalidité. Elle est retrouvée chez 15% des fumeurs de 20 cigarettes/j depuis plus de 20 ans et chez 25% des fumeurs de 40 cigarettes/j depuis plus de 20 ans.

Par ailleurs, le tabagisme, tout comme le tabagisme passif, est responsable de l'aggravation de l'asthme.haut page magasin bio ligne

III. Le cancer du poumon


Le cancer du poumon est le plus fréquent des cancers liés au tabac. Le tabac est, en outre, la cause de 85 % des cancers du poumon.

La découverte du cancer du poumon survient, souvent d'une manière inattendue, généralement, suite à une radiographie pulmonaire, ce qui en fait sa gravité: le tissu cancéreux a eu le temps de se développer à bas bruit. Parfois, la découverte sera faite après celle de cérébrales à l'occasion d'un scanner demandé pour troubles neurologiques (une certaine confusion mentale par exemple).

Le cancer du poumon se traite par la chimiothérapie et la radiothérapie, seules ou associées. Le seul traitement efficace reste la prévention: alors que le traitement ne permet de guérir que 1 malade sur 10, l'arrêt de la consommation de tabac, suffisamment tôt, permet d'éviter 9 cancers sur 10.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

Utilisation des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com. Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité.