Trajectoire et installation de la consommation de l'alcool

La relation d'un sujet avec l'alcool s'observe à partir de la modification de son comportement.

L'installation de la dépendance débute par un usage nocif du produit et pourra être révélée par des événements de la vie, révélateurs d'un état jusque-là ignoré.

La trajectoire


Il est nécessaire de déterminer les frontières de l'usage de l'alcool, à savoir le moment du passage d'un usage sans dommage à un usage nocif, avec ses réversibilités, jusqu'au moment de l'usage addictif avec mise en place de l'alcoolo-dépendance. Il convient de ne jamais oublier que l'usage même du produit doit être considéré comme une pratique à risque.

Le modèle proposé devra tenir compte de nombreux facteurs intriqués. Il s'appuie sur la mise en place d'événements facilement repérables dans le temps et pas forcément par leur signification:

a. la naissance et les conditions de la naissance.

b. la place du sujet dans la constellation familiale (aîné, benjamin, frère, sœur...).

c. la naissance des frères ou des sœurs.

d. les événements symboliques (baptême, communion...).

e. les événements pertes (décès d'un proche, échec d'un projet important, accident...).

f. les examens, leur réussite ou leur échec.

g. le premier travail, le premier salaire.

h. les premières amours.

i. la première relation.

j. le mariage, la naissance de ses enfants, la séparation.

La liste n'est qu'indicative. Ces moments importants sont liés à une date dans la chronologie personnelle et certains d'entre eux ouvriront même une date anniversaire.

Voilà un exemple de travail biographique qui peut se coucher sur une grande feuille. À partir de ce modèle, le sujet peut aborder sa relation avec les produits psychoactifs comme l'alcool.

Des premières consommations d'alcool aux suivantes, le choix est très large:

a. l'alcool remède: le sucre trempé dans un alcool fort ou alcool de menthe.

b. l'alcool initiatique: un peu de vin et d'eau comme les grands.

c. l'alcool de la fête: le vrai cidre faux champagne de l'enfance, remplacé par le Champony... sans alcool mais avec autant de symboles.

d. l'alcool de la réussite.

e. l'alcool du mariage, de l'heureux événement, de l'anniversaire.

f. l'alcool qui donne du courage, qui lève la timidité.

g. l'alcool qui soulage une détresse.

h. l'alcool acheté, non plus offert, sur son argent de poche, sur son salaire.

i. la première ivresse.

Là aussi, la liste n'est qu'indicative et montre le nombre d'événements de l'histoire d'un sujet avec un produit.

L'individu ne sera pas toujours l'acteur de sa consommation dans les premiers temps. Dans son histoire, il pourra le devenir par l'achat du produit. Il est important de garder le repère de cet instant, de cette appropriation du produit, de cette entrée dans le grand cercle des consommateurs.

L'installation


L'alcoolisation se définit par la consommation d'alcool. Malgré le respect d'un comportement socialement correct, la survenue d'un événement peut aider à la prise de conscience d'un état inattendu:

a. la constatation d'un état pathologique dont l'origine peut entrer en relation avec une consommation excessive (par exemple une hypertension artérielle dans 12 % des cas chez l'homme).

b. la prise excessive d'alcool avec ivresse peut faire l'objet d'une sanction dans l'entreprise (qui peut être l'avertissement ou plus), une réaction plus ou moins violente du conjoint, un contrôle routier avec ou sans accident, suivi d'une verbalisation avec des suites plus ou moins importantes sur le plan judiciaire...

c. le même contrôle à distance du moment de l'alcoolisation: une alcoolisation excessive la veille aura les mêmes conséquences pénales sur la route.

d. la rupture accidentelle de l'approvisionnement projette l'individu dans un sevrage forcé avec un état de manque parfois très discret (anxiété, énervement).

Ces événements peuvent être révélateurs d'un état jusqu'à présent ignoré. Ils ne permettent pas d'établir une alcoolo-dépendance mais indiquent tous un usage nocif.

En matière de consommation d'alcool, il n'est pas rare de constater, lors d'une alcoolisation, des usages nocifs accidentels (l'ivresse par exemple) ou une surconsommation durant une période de la vie.

Les dépendances à l'alcool


Dépendance physique: La particularité de mise en place de la tolérance, puis de la dépendance en premier lieu psychique puis physique, fait toute la difficulté de l'alcoolo-dépendance.

Dépendance et aspect neurophysiologique: La dépendance, dans ses aspects neurophysiologiques, met en jeu des systèmes complexes de réponses comportementales. L'alcool perturbe les systèmes neurophysiologiques de l'homme par des effets positifs, négatifs et correcteurs sur le système de récompense.

Dépendance et approche sociale: L'acte de boire de l'alcool est soumis à des règles et rituels stricts. Le sujet alcoolo-dépendant devra à la fois s'approvisionner en alcool tout en restant socialement correct et assumer son abstinence en restant socialement correct dans un groupe de consommateurs.

L'alcoolo-dépendance, une dépendance parmi d'autres ? L'usage d'un seul produit psychotrope est relativement rare, la dépendance à plusieurs produits est plus fréquemment rencontrée. On parle alors de polytoxicomanie.

Les signes:  Hormis l'état de manque du sevrage, les signes formels d'une alcoolo-dépendance n'existent pas. En revanche, certains symptômes orientent vers l'évocation d'une consommation excessive.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com.