Le déni et l'arrêt de consommation de l'alcool

Le passage du déni de l'alcool à la reconnaissance de l'intoxication est une étape essentielle pour l'alcoolo-dépendant.

Selon le Dictionnaire d'alcoologie, Le déni est un mécanisme de défense par lequel le sujet met en avant la négation d'une réalité qui lui tient à cœur mais qu'il ne peut admettre. La distinction entre la dénégation et le déni peut paraître fragile. Cependant, la dénégation apparaît plutôt comme un mensonge, alors que le déni est sincère.

SOMMAIRE

I. Difficile d'ignorer son alcoolisation


Les critères d'un usage à risque sont aujourd'hui bien connus, de même que ceux d'un état de dépendance. Pour tous, il existe des tests d'autoévaluation, et le médecin possède des éléments cliniques et biologiques lui permettant de suspecter une alcoolisation nocive.

En dehors de la maladie elle-même, la médecine du travail, la médecine du sport constituent des points de rencontre avec les alcoolo-dépendants qui s'ignorent. Il faut également citer les contrôles routiers, l'action des associations, le travail de sensibilisation des médias avec des émissions de prévention ou des chroniques médicales, les fictions, les films, séries ou romans, qui s'inspirent des rapports à l'alcool tantôt comiques, tantôt tragiques.

Enfin, il faut compter avec l'implication de la famille et des proches, discrète ou insistante, pour tenter d'aider l'alcoolo-dépendant.haut page magasin bio ligne

II. Le déni reste souvent la règle


Et malgré toutes ces balises et les alertes de la vie quotidienne, l'alcoolo-dépendant ne veut pas entendre et ne peut pas entendre. Pour les autres, c'est un déni. Pour lui, sa conduite est normale, voire comparable à celle de ses proches. Le danger est de considérer que c'est de la mauvaise foi ou d'attendre l'aveu.

Mais la répétition de cette attitude quel que soit le milieu socio-économique de la personne concernée doit amener une première interrogation. La seconde interrogation résulte de l'image que les alcoolo-dépendants se font de l'idée d'arrêter la consommation d'alcool. Ne pas boire est alors synonyme d'abandon des autres, de séparation de son remède, de son seul plaisir, une perception mêlée à une crainte de l'aveu, de la punition, d'être soi-même abandonné.

Insupportables pour beaucoup, ces interrogations montrent à quel point il est difficile de regarder en face ses difficultés avec ce produit et donc d'entrer dans une véritable démarche de soins.

Seule certitude, l'alcoolo-dépendant qui a su passer ce stade essentiel du déni sera dans une démarche dynamique de sa propre prise en charge. De patient, il devient acteur de ses soins.haut page magasin bio ligne

III. Le sevrage


Le sevrage est l'arrêt de l'alcoolisation. Chez un sujet alcoolo-dépendant, il peut s'accompagner d'un syndrome de sevrage.

Aide au sevrage: Le sevrage peut être défini comme le passage d'un état de consommateur à un état de non-consommateur. Cette phase de transition s'accompagne de manifestations connues.

Les médicaments du sevrage: Certaines classes de médicaments seront utilisées: les benzodiazépines, les carbamates, les tiapides associées à des vitamines et de l'eau. Si la prescription de médicaments peut sembler incontournable, aucun médicament ne règle, à lui seul, le problème. Les prescriptions varient donc selon les étapes. Les anxiolytiques diminuent l'anxiété, les antitrémoliques diminuent les tremblements. D'autres médicaments interviendront pour protéger des convulsions et des complications possibles.

Les médicaments d'après le sevrage: Les médicaments d'après-sevrage représentent actuellement l'effort de recherche le plus important. Plusieurs stratégies sont possibles: les cures de déconditionnement ou de dissuasion qui sollicitent directement le comportement de l'individu et les aides à l'abstinence, qui impliquent d'avantage le fonctionnement neuropsychologique. À la suite du sevrage, plusieurs stratégies thérapeutiques médicamenteuses existent.

Après le sevrage, les autres aides: Après le sevrage, des aides diverses existent et représentent un passage important: les psychothérapies individuelles, familiales ou de groupe, le soutien social ou la participation à un mouvement associatif.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com.