Oïdium ou blanc des céréales: cycle, symptômes et traitements

L'agent causal de la maladie fongique d'oïdium des céréales, ou blanc des céréales, était autrefois appelé Erysiphe graminis. Aujourd'hui, il est plus connu sous le nom scientifique de Blumeria graminis. Les chercheurs ont isolé plusieurs formes du champignon, chacune est spécifique à une culture céréalière unique.

Cycle de développement du champignon


Agents pathogènes: Blumeria graminis Syn. Erysiphe graminisOïdium monilioides ou Oïdium tritici.

a. Oïdium ou blanc du blé: Blumeria graminis. f. sp. (tritici).

b. Oïdium de l'orge: Blumeria graminis. f. sp. (hordei).

c. Oïdium d'avoine: Blumeria graminis. f. sp. (avenae).

d. Oïdium de seigle: Blumeria graminis. f. sp. (secalis).

L'oïdium des céréales est une maladie cryptogamique qui se manifeste essentiellement dans les régions à climat pluvieux, aux sols acides et se caractérisant avec un mode de culture relativement dense et intensif.

Du point de vue pathogénicité, et comme cité ci-dessus, il existe différentes formes du champignon Blumeria graminis qui sont adaptées aux différentes espèces de céréales. Ce qu'il faut retenir, c'est que l'orge est particulièrement sensible à la maladie de l'oïdium. Certaines variétés de blé sont également très vulnérables à l'attaque des épis.

L'agent infectieux responsable de l'infestation de l'oïdium des céréales se conserve sous forme de périthèces, au niveau des déchets des cultures, des débris de récolte, des chaumes et des pailles. Dès que les conditions de chaleur et d'humidité sont optimales, des ascospores apparaissent et réinfectent de nouvelles plantes. La dissémination dans la culture de fait à l'aide des conidies.

Symptômes de l'oïdium des céréales


Sur les feuilles basales attaquées par le champignon Blumeria graminis, on aperçoit d'abord des taches blanches floconneuses qui deviennent rapidement de couleur grise. Un peu plus tard, on constate, sur les mêmes feuilles, l'apparition de points noirs, correspondant aux périthèces. Les tiges et les épis sont également atteints.

Lutte biologique contre l'oïdium des céréales


Le champignon responsable de la maladie de l'oïdium des céréales est combattu d'une manière classique et conventionnelle, en respectant l'abécédaire des fondamentaux de la protection des végétaux. La lutte biologique consiste, en effet, à limiter les conditions favorables au développement de Blumeria graminis, en limitant les excès en apports azotés et en diminuant les densités de semis des cultures, afin de permettre une meilleure aération des plantes.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne