Magasin bio en ligne

Charbon du maïs: biologie, dégâts et traitements bio

Cycle de développement du champignon du charbon du maïs


Agent causal: Ustilago maydis (DC.) Corda Syn. Ustilago zeae (Beckm.) Unger.

À l'inverse des autres charbons (charbon couvert de l'orge et charbons nus du blé et de l'avoine), les spores d'Ustilago maydis peuvent germer une deuxième fois durant la même année de leur formation. Elles sont, en effet, capables de former de nouvelles spores sur chaque partie végétative de la plane du maïs ayant un tissu en croissance.

Pendant la saison estivale, les plantes atteintes, par le charbon du maïs, peuvent éventuellement contaminer les végétaux sains.

L'année d'après, les attaques d'Ustilago maydis s'effectuent, d'un côté, par le champignon qui adhère aux semences, et de l'autre côté, par les spores se conservant dans le sol et dans les résidus de la récolte ultérieurement infectée.

Symptômes du charbon du maïs


Les organes végétatifs du maïs (les tiges, les feuilles, les fleurs et les épis) atteints par Ustilago maydis, sont couverts de bosses boursouflées. Ces dernières ont pour la plus part la taille d'un poing. À l'intérieur de ces bosses se trouvent des masses de spores visqueuses, qui se transforment, par la suite, en poudre.

Traitements du charbon du maïs


Le charbon du maïs ne peut causer des dégâts économiquement importants, que si le champignon se manifeste d'une manière forte et qu'aucune meure n'a été prise afin de limiter l'infestation.

Le choix d'une semence certifiée indemne est, d'ailleurs, la meilleure mesure de protection contre une introduction de cette maladie cryptogamique dans le champs, en particulier lors d'une première culture du maïs.

L'usage de semences non contaminées n'empêche pas forcément l'infection de la plantation du maïs, par Ustilago maydis, à partir du sol, ou celle de plante à plante. Dans ces cas de figure, les attaques du champignon restent généralement non significatives.

En plus de ces techniques préventives, la boutique bio en ligne recommande d'éliminer, dans la mesure du possible, les premières boursouflures de charbon du maïs, dont l'évacuation et l'extermination diminuent considérablement la dissémination de l'infestation fongique.

Il est également conseillé, autant que possible, d'éviter de blesser les plants du maïs lors des différents travaux culturaux. Les points de blessures sont, en effet, d'excellentes portes d'accès pour les spores des champignons.

Notons aussi qu'après une chute de grêle, le risque d'infection de la culture de maïs par Ustilago maydis est fortement accru.

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne