Magasin bio en ligne

Solarisation: Alternative à la désinfection du sol

La solarisation est une méthode d'assainissement des sols obtenue par l'élévation des températures en utilisant l'énergie solaire. C'est l'une des méthodes qui a commencé à prendre beaucoup d'importance compte tenu qu'elle est considérée parmi les alternatives culturales pouvant partiellement se substituer à l'usage du Bromure de méthyle (désinfectant chimique largement employé dans l'agriculture conventionnelle afin de lutter contre les agents telluriques).

La technique de solarisation fait appel aux rayons du soleil. Elle consiste à créer des conditions de température défavorables au développement des agents pathogènes présents dans le sol.

SOMMAIRE

I. Principe de la solarisation


L'idée première de la solarisation était que l'élévation excessive de la température du milieu, entraînait l'affaiblissement, l'inactivation, voire même la mort des micro-organismes visés.

L'effet physique de la solarisation se manifeste par l'exposition des agents telluriques à des températures létales et sublétales pendant plusieurs heures par jour.

Le principe générale de la solarisation consiste à couvrir le sol, préalablement préparé et bien irrigué, par un film plastique durant les mois les plus chauds de l'année.

Une irrigation jusqu'à la capacité au champ sur un profil de 60 cm est nécessaire afin d'assurer la conductivité thermique en profondeur et pouvoir atteindre les agents pathogènes, en particulier les nématodes et les champignons.

On peut utiliser du plastique usager de 2 à 3 ans d'une épaisseur de 180 µm ou même du plastique noir comme c’est le cas en Jordanie, et cela durant toute la période estivale (début Juillet à fin Août) pour ramener la température du sol à une température supérieure ou égale à 56°C.haut page magasin bio ligne

II. Effets de la solarisation


La technique de solarisation permet d'enregistrer des différences de températures d'environ 12°C à une profondeur de 45 cm.

Des essais réalisés sur des champs montrent que les températures qui résultent de la solarisation dépassent celles du témoin (sans solarisation) d’environ 11 à 13°C et 9 à 13°C à des profondeurs de 15 et 20 cm respectivement.

La solarisation a un effet bénéfique sur la vigueur des plantes, sur leur développement et sur l'augmentation des teneurs en matière organique soluble dans le sol.

L'effet de la solarisation se manifeste de même, d'une part, par un changement de l'équilibre biologique du sol en faveur des antagonistes qui permettent la réduction de la population des parasites et, d'autre part, en retardant la ré-infestation du sol par les pathogènes susceptibles de constituer une source d'inoculum majeure.haut page magasin bio ligne

III. Solarisation contre des agents pathogènes


Des températures sublétales sont susceptibles d'affaiblir le pathogène et de le sensibiliser à ses ennemis.

Solarisation contre les champignons du sol:

Parmi les agents pathogènes qui peuvent être visés par la solarisation, les champignons telluriques, en l'occurrence des espèces du genre Fusarium comme Fusarium oxysporum f.s.p lycopersici sur tomate et l'espèce Verticillium dahliae (verticilliose) qui est une espèce très polyphage et très difficile à contrôler.

Il existe aussi un autre mode de solarisation appliquée contre les maladies à chancre (Phoma de la tomate) dont l’agent causal est Phoma lycopersici (FP : Didymella lycopersici). Ce champignon a pour habitude de se conserver,  sous forme de pycnides ou mycélium, dans les tuteurs constitués de tige de roseaux ou de piquets d’eucalyptus.

Après les premières pluies d'automne, les premiers foyers (Inoculum Primaire) apparaissent au niveau de la surface de contact entre la plante et le tuteur. Cette situation rend pratiquement irréalisable toute mesure d'intervention du fait de l’inaccessibilité au chancre. Plusieurs essais on démontré qu'une exposition des tuteurs à des températures supérieures à 50°C pendant l’été (dans des serres complètement fermées de mai à septembre), permet de réduire considérablement le taux d’inoculum primaire. Ces tuteurs peuvent d'ailleurs être utilisés pendant au moins 3 ans.

Solarisation contre les nématodes:

Bien que cette méthode peut apporter de bons résultats contre plusieurs agents pathogènes, les nématodes à galles appartenant au genre Meloidogyne, et vu leur capacité de migrer en profondeur dans le sol sont relativement difficiles à maîtriser. L’effet de la solarisation est, en effet, très minime puisque c'est une méthode qui n'agit que sur les 30 premières centimètres du sol. Une fois le sol est refroidit, les nématodes à galles remontent vers cette couche superficielle après enlèvement du plastique pour y trouver un vide biologique leur assurant les meilleures conditions de développement.

Des études expérimentales ont démontré une vulnérabilité de Sclerotinia rolfsii au Trichoderma dans un sol solarisé. D'autres expérimentation ont mis en évidence la capacité de Trichoderma à diminuer significativement la nocivité de Fusarium suite à une opération de solarisation du sol.

Plusieurs autres travaux ont montré l'efficacité de la solarisation envers différents genres de nématodes: l'action de la solarisation contre Pratylenchus thornei et réduction significative des populations de Radopholus similis et Ditylenchus dipsaci.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne