Magasin bio en ligne

Champignon entomopathogène de la mouche blanche : Verticillium lecanii

Verticillium lecanii Zimmerman (Deutéromycètes, Moniliales) est un champignon entomopathogène qui a été décrit pour la première fois en 1861. Il a été observé sur plusieurs sortes d'insectes (pucerons, cochenilles, aleurodes), d'acariens et de nématodes. Ce champignon est souvent utilisé pour lutter contre la mouche blanche grâce à la facilité de son intégration dans un programme de protection biologique.

SOMMAIRE

I. Description du Verticillium lecanii


Le Verticillium lecanii est un champignon qui a une apparence cotonneuse blanche à jaune clair. Il apparaît sous microscope sous forme de fils blancs avec des branches qui leur sont perpendiculaires. Au bout de ces branches se trouve le site des spores. Dans ces têtes, il y a une ou plusieurs spores (25 ou plus), entourées par une couche de limon.Haut de page - Magasin bio en ligne

II. Dégâts du Verticillium lecanii sur les aleurodes


Lorsque les mouches blanches sont infectées par le Verticillium lecanii, elles meurent avant que le champignon ne soit visible. Les larves et les pupes deviennent, le plus souvent, de couleur jaune clair à jaune foncé, ridés et ne sont plus brillantes.Haut de page - Magasin bio en ligne

III. Comment peut-on utiliser le Verticillium lecanii?


Ce champignon entomopathogène doit être utilisé dans des conditions où l'humidité relative est élevée. Il se développe à des températures variantes de 15°C à 25°C et à une humidité relative de 85 à 90%. Ces conditions doivent être réalisées pendant 10 à 13 heures par jour d'où la contrainte de son utilisation.

Verticillium lecanii permet un contrôle significatif des populations de Trialeurodes vaporariorum en culture de tomate sous serre lorsque le traitement est répété. En plus, son action persiste plus de 3 mois. Cependant, la réduction du nombre d'adultes n'apparaît que deux semaines après traitement.

Des solutions de spores de Verticillium lecanii pulvérisées sur des plantes de Poinsettia attaquées par les deux espèces d'aleurodes, ont entraîné une mortalité qui a atteint jusqu'à 96% de larves de Trialeurodes vaporariorum et de Bemisia tabaci, alors que les œufs n'ont montré qu'un taux d'infection inférieur à 1%. Quant aux adultes, ils sont relativement immunisés contre l'infection.Haut de page - Magasin bio en ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne