Pourriture molle de la pomme de terre : Symptômes, épidémiologie et méthodes de lutte

La pourriture molle de la pomme de terre est principalement causée par Erwinia carotovora subsp. carotovora. Les deux bactéries Erwinia carotovora subsp. atroseptica et Erwinia chrysanthemi peuvent notamment, sous certaines conditions, induire la pourriture molle de la pomme de terre.

Cette maladie est rencontrée dans presque toutes les régions productrices de la pomme de terre. Erwinia carotovora peut attaquer les feuilles, les tiges et les organes charnus chez plusieurs espèces végétales appartenant à des familles botaniques diverses.

SOMMAIRE

I. Agent causal de la pourriture molle


Erwinia carotovora subsp. carotovora (Ecc), Erwinia carotovora subsp. atroseptica (Eca) et Erwinia chrysanthemi (Echr) peuvent toutes induire la pourriture molle de la pomme de terre, mais les deux premières sous espèces sont les plus fréquemment rencontrées. Eca est rencontrée dans les régions froides (18 à 24°C), alors que Ecc est inféodée aux régions chaudes (25 à 30°C). Les principaux critères d'identification de ces trois bactéries se basent sur des tests et se résument comme suit:

  • Gram négative et bâtonnets courts: Eca (+), Ecc (+), Echr (+).

  • Formation de cavités dans un milieu de pectate: Eca (+), Ecc (+), Echr (+).

  • Oxydase: Eca (-), Ecc (-), Echr (-).

  • Fermentation du glucose: Eca (+), Ecc (+), Echr (+).

  • Croissance à 37°C: Eca (-), Ecc (+), Echr (+).

  • Croissance à 39°C: Eca (-), Ecc (-), Echr (+).

  • Production de phosphatase: Eca (-), Ecc (-), Echr (+).

  • Sensibilité à l'érythromycine: Eca (-), Ecc (-), Echr (+).

  • Production d'indole: Eca (-), Ecc (-), Echr (+).

  • Macération des disques de pomme de terre: Eca (+), Ecc (+), Echr (+).Haut de page - Magasin bio en ligne

II. Symptômes de la pourriture molle


Erwinia carotovora subsp. carotovora attaque les tubercules et les parties aériennes de la pomme de terre, mais la pourriture des tubercules est le symptôme de plus fréquemment rencontré. Les tubercules, aussi bien en stock que ceux au champ peuvent être attaqués. L'infection se produit à travers les lenticelles et les blessures ou à travers l'extrémité du stolon des tubercules à partir de la plante malade. Les lésions au niveau des lenticelles apparaissent légèrement affaissées, tannées à brunâtres, humides et circulaires ayant 0,3 à 0,6 cm de diamètre environ. Dans un environnement ses, ces lésions sont concaves, dures et sèches. Parfois, l'infection s'arrête et la partie malade se dessèche. Les lésions au niveau des blessures prennent une forme irrégulière, sont affaissées et toujours noir-brunâtres.

Les tissus pourris sont très humides, de couleur crème tanné et possèdent une croissance granuleuse. Les tissus infectés sont nettement séparés des tissus sains. Souvent, des segment bruns à noirs se développent à l'extrémité des lésions. Au début de la maladie, les tissus pourris sont toujours inodores mais développent une odeur désagréable et deviennent visqueux au fut et à mesure que la maladie progresse et les tissus deviennent envahis par les micro-organismes secondaires.Haut de page - Magasin bio en ligne

III. Cycle de la maladie de la pourriture molle


La source primaire d'inoculum de la pourriture molle de la pomme de terre est assurée par des tubercules infectés. Après plantation, et quand les conditions sont favorables à la multiplication de l'agent pathogène, les tubercules pourrissent et les bactéries sont libérées dans le sol. Ces bactéries peuvent infecter les tiges de la plante hôte et induire la pourriture de la partie aérienne.

Les bactéries peuvent aussi se déplacer dans le sol par l'eau d'irrigation et contaminer les jeunes tubercules des plantes voisines. Le taux de contamination de ces tubercules varie considérablement d'une saison à une autre en fonction des conditions environnementales.

Les bactéries pénètrent dans les tubercules à travers les lenticelles, les fissures de l'épiderme ou les blessures produites durant la récolte. Les bactéries peuvent survivre dans les tubercules contaminés durant toute la période de stockage tant que les conditions ne favorisent pas la transition de la bactérie de sa forme latente à sa forme active. Lorsque les conditions deviennent favorables, les bactéries se multiplient et induisent la macération et la pourritures des tubercules.

Les espèces d'Erwinia responsables de la pourriture molle de la pomme de terre sont facilement disséminées pendant le découpage des tubercules semences au moment de la plantation, les opérations de travail et aussi par l'eau d'irrigation et de lavage des tubercules.

pourriture molle bacterienne cycle developpement

Haut de page - Magasin bio en ligneCycle de développement de la pourriture molle - Crédit photo © theses.ulaval.ca- Elian-Simplice Yaganza, 2005

IV. Épidémiologie de la pourriture molle


La pourriture molle de la pomme de terre est favorisée par l'immaturité, les blessures, l'irradiation solaire, l'invasion par d'autres pathogènes, des températures élevées, une humidité relative élevée et l'absence d'oxygène. Les tubercules récoltés à des températures supérieures à 20-25°C sont très sensibles.

La pourriture est favorisée par des températures supérieures à 10°C, mais retardée par des températures inférieures. Des températures de 25 à 30°C sont optimales aussi bien pour le développement de la maladie que pour la croissance d'Erwinia carotovora subsp. carotovora in vitro.

La concentration en oxygène est le facteur externe le plus important qui affecte la pathogénie en présence d'une source nutritive pour l'agent causal. Ces éléments nutritifs sont le plus souvent libérés par les blessures au niveau des tubercules. Les conditions anaérobiques consécutives à une mauvaise aération, à une saturation hydrique du sol ou à la présence d'un film d'eau sur les tubercules, après un lavage, favorisent le développement de la maladie.

Dans des conditions anaérobiques, moins de 100 bactéries par micro-site sont suffisantes pour initier une lésion, alors qu'il faut 106 à 107 bactéries dans les conditions aérobiques à des températures supérieures à 30°C où les tubercules sont les plus sensibles.

La susceptibilité des tubercules dépend de leur statut hydrique. Plus les tissus du tubercule sont turgescents plus ils sont sensibles et vice-versa. Cette relation peut être expliquée par l'effet du potentiel hydrique des tissus sur l'activité des enzymes pectolytiques et le degré d'estérification des polymères pectiques. La maladie est également favorisée par une fertilisation riche en azote.Haut de page - Magasin bio en ligne

V. Méthodes de luttes préventives et biologiques


L'utilisation des tubercules indemnes est indispensable pour la lutte contre la pourriture molle de la pomme de terre. Elle doit être associée avec toute technique prophylactique pouvant d'une part défavoriser le développement de la maladie et d'autre part, réduire les sources d'inoculum.

Les mesures suivantes doivent être prises en considération dans le programme de lutte contre les bactéries d'Erwinia:

a. Éviter une humidité du sol excessive avant la récolte afin de limiter l'infection des lenticelles.

b. Récolter les tubercules de la pomme de terre lorsqu'ils sont mûrs et lorsque la température du sol est inférieure à 20°C.

c. Minimiser les blessures mécaniques des tubercules durant la récolte, le transport et le stockage.

d. Protéger les tubercules récoltés de l'irradiation solaire et de la dessiccation.

e. Refroidir les tubercules à environ 10°C après la récolte, puis les conserver à des températures de 1,6 à 4,5°C. Assurer une bonne ventilation afin d'éviter la présence d'un film hydrique sur le tubercule et par conséquent l'accumulation du gaz carbonique (CO2).

f. Sécher les tubercules lavés avant le stockage et les emballer dans des caisses bien aérées.

g. Utiliser une eau non contaminée ou traitée à l'eau de javel pour le lavage des tubercules.

h. Désinfecter le matériel de travail aussi bien au niveau du champ qu'au niveau des lieux de stockage ou de conditionnement.Haut de page - Magasin bio en ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne