Magasin bio en ligne

Le chancre bactérien de la tomate, Clavibacter michiganensis

Le chancre bactérien est l'une des maladies les plus dangereuses qui touchent la tomate à l'échelle mondiale.

chancre bactérien fruit clavibacter michiganensisDepuis sa première découverte en 1892 aux USA, cette maladie causée par la bactérie Clavibacter michiganensis subsp. Michiganensis n'a cessé de s'étendre pour atteindre presque toutes les régions productrices de tomate dans le monde. L'importance de cette maladie bactérienne varie d'une année à l'autre, mais son incidence peut provoquer, selon différentes sources et études, la perte totale de la production.

SOMMAIRE

I. Symptômes du chancre bactérien


Le chancre bactérien est capable d'attaquer toutes les parties de la plante hôte. La tomate est considérée comme sa principale plante hôte. Mais certains solanacées sauvages, essentiellement la morelle noire, Solanum nigrum, sont aussi des hôtes. À noter que la plupart des solanacées cultivées telles que le poivron et l'aubergine sont sensibles à la maladie par inoculation artificielle au stade plantule.

Symptômes externes:

Feuilles:

Le premier symptôme du chancre bactérien sur une culture de tomate est l'apparition de plages nécrotiques au niveau des folioles, qui flétrissent unilatéralement, entraînant un jaunissement puis un brunissement et enfin un dessèchement de la moitié de la feuille.

Au fur et mesure de progression de la maladie, le flétrissement se généralise à toute la plante. Il est plus au moins brusque et il est toujours irréversible.

Tiges:

Sur tige, pétioles et pédoncules, peuvent apparaître de longues stries brunâtres ou des pustules de 1 à 2 mm de diamètre, donnant naissance en cas de forte chaleur et d'humidité relative élevée à des chancres ouverts contenant des exsudats bactériens.

Fruits:

Les plantes attaquées produisent des fruits de petit calibre qui chutent précocement et qui portent de petites taches blanchâtres dont le centre légèrement surélevé, brunit et s'entoure d'un halo jaune claie. Ces taches mesurant 3 à 6 mm de diamètre se présentent sous forme d'un œil d'oiseau d'où l'appellation anglo-saxonne bird's eye spot.

Symptômes internes:

Les symptômes internes du chancre bactérien sur la tomate se caractérisent par le brunissement du système vasculaire. Une coupe longitudinale de la tige, des pétioles et même des pédoncules d'une plante malade, laissent apparaître une coloration brunâtre des vaisseaux. C'est à la jonction des pétioles et de la tige que ces colorations sont très prononcées et par conséquent plus faciles à déceler.

De même, une coupe longitudinale d'un fruit de tomate peut montrer une coloration brune jaunâtre du système vasculaire avec production d'exsudat bactérien. Cette coloration, souvent plus marquée au niveau du point d'attache du fruit avec le pédoncule, démontrant l'origine de l'infection du fruit.Haut de page - Magasin bio en ligne

II. Épidémiologie du chancre bactérien


Sources primaires d'inoculum:

1. Semences et plants:

Les semences et les plants constituent la principale source d'inoculum primaire du chancre bactérien de la tomate. Ils sont responsables de l'introduction de la maladie dans des zones indemnes. Plusieurs études, accompagnées d'observations sur le terrain, ont démontré que la dissémination de la maladie à l'échelle mondiale est due aux semences infectées. Le pourcentage de transmission de la maladie par les semences varie de 0,25% à 100%. En fonction des techniques culturales adoptées pour conduire la culture de la tomate, un faible taux de contamination des semences ou des plants peut induire une forte incidence de la maladie, voire même une perte totale de la production.

2. Débris végétaux:

Les débris végétaux infectés laissés sur la parcelle cultivée constituent une importante source d'inoculum pour les nouvelles plantations. Des études ont montré qu'en fonctions des conditions environnementales, la bactérie peut survivre dans les tiges de tomate pendant 1 à 2 ans. En revanche, sa survie à l'état libre ne dépasse guère quelques jours.

Dissémination du chancre bactérien:

La dissémination à partir d'une plante malade commence dès la pépinière et se fait par diverses manipulations au cours du cycle de la production telles que le greffage, l'étêtage, la transplantation, l'ébourgeonnage, l'effeuillage, l'irrigation et les outils de travail.

Conditions favorables au développement du chancre bactérien:

La maladie du chancre bactérien se développe plus rapidement dans des conditions favorables à la croissance de la tomate : température de l'ai et du sol de 28°C, humidité relative et humidité du sol de 80%, pH du sol légèrement alcalin, forte densité de plantation, faible intensité lumineuse, brumisation ou irrigation par aspersion, fumure excessive (surtout en azote) et dans tous types de sols avec une préférence pour les sols légers et sablonneux.Haut de page - Magasin bio en ligne

III. Lutte biologique contre le chancre bactérien


Au regard de l'épidémiologie de la maladie du chancre bactérien (transmission par les semences et les plants, survie dans les débris de tomate dans le sol, dissémination par les opérations culturales et en particulier l'ébourgeonnage et l'effeuillage), la lutte contre le Clavibacter michiganensis nécessite la mise en place d'un programme intégrant plusieurs opérations aux différents niveaux de la culture. Au cours de la production de la semence, de la multiplication en pépinière et dans les unités de productions. Si à chacun de ces niveaux on prend les mesures préventives adéquates, il sera possible de bien gérer la maladie et de réduire son impact sur la production.

Utilisation de semences et/ou de plants indemnes:

Les semences et/ou plants utilisés doivent être certifiés indemnes de Clavibacter michiganensis subsp. Michiganensis à partir de semences de tomate dont les plants on été développées. La méthode utilisée doit être fiable, sensible et doit tenir compte des infections internes des semences.

Mesures prophylactiques avant l'installation de la culture de tomate:

L'objectif principal de ces mesures est de minimiser les risques pour que la parcelle ne constitue pas une source d'inoculum : débris végétaux, fumier ou compost non contrôlé et plantules de tomate de l'année précédentes infestées.

1. Élimination des débris végétaux:

Dans la plupart des cas, les parcelles de tomate sont délaissées après la récolte. L'arrachage des plantes desséchées n'entraîne pas forcément l'élimination totale des racines et laisse de toutes les façons des débris végétaux. En fin de culture, il est conseillé de :

  • Maintenir l'irrigation même après l'arrêt définitif de la récolte.

  • Couper les plantes à environ 30 cm du sol.

  • Ramasser les parties aériennes des plantes coupées et les évacuer hors de la parcelle.

  • Ramasser les débris végétaux et les fruits tombés par terre.

2. Préparation du sol de la culture:

Un labour après le nettoyage est conseillé. Cette opération permet la décomposition rapide des débris et réduit les chances de survie de Clavibacter michiganensis subsp. Michiganensis dans le sol d'environ 50% par rapport aux débris laissés en surface.

3. Solarisation du sol:

Cette technique permet de réduire l'inoculum éventuel du sol. Elle entraînera la germination des semences de tomate tombées par terre et réduira par conséquent les possibilités d'infection à partir du sol. Pour assurer une bonne solarisation, il est conseillé de respecter certaines mesures:

  • Confectionner les billons ou les lignes de plantation.

  • Mettre en place les rampes d'irrigation et s'assurer du bon fonctionnement des goutteurs.

  • Couvrir les lignes de plantation par un paillage plastique transparent.

  • Arroser les billons et maintenir l'humidité du sol à la capacité au champ.

Mesures en cours de culture:

1. Ébourgeonnage:

L'ébourgeonnage entraîne la dissémination de la bactérie d'une plante malade à une autre saine.

2. Surveillance et dépistage des premiers foyer:

Le dépistage des premières plantes malades et leur arrachage est une mesure indispensable pour lutter contre le chancre bactérien de la tomate. Cette opération nécessite quelques précautions:

  • Observer et inspecter les plantes d'une manière régulière.

  • Repérer les plantes malades.

  • Arracher et se débarrasser des plantes présentant les symptômes et les plantes voisines.Haut de page - Magasin bio en ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne