La dépendance, la prévention et la toxicité de l'ecstasy

Si la toxicité de l'ecstasy est certaine, la dépendance par rapport à ce produit n'est pas encore formellement démontrée.

Les drogues sont des substances actives sur le psychisme et qui le modifient. Deux effets sont observés chez les personnes qui utilisent ces substances de façon répétée : la tolérance et la dépendance. La tolérance est l'impossibilité au bout de quelques prises de retrouver l'effet initial. Ce qui peut entraîner une augmentation des doses pour l'obtenir.

La dépendance psychique envers l'ecstasy se révèle par un comportement, généralement, compulsif. La personne concernée se met à la recherche du produit pour ses effets calmants ou euphorisants. Se crée alors le besoin physique de pérenniser l'usage afin de retrouver les plaisirs initiaux, lutter contre le manque (dû à l'absence du produit et au tarissement des sécrétions de substances stimulantes par le cerveau) et maintenir un bien-être minimal.

La dépendance


Comme la tolérance à l'ecstasy se fait très rapidement, il devient difficile avec les mêmes doses et même en les augmentant d'obtenir de façon répétée les effets recherchés par l'utilisateur.

Des cas ont été décrits de dépendance réelle à l'ecstasy chez des personnes en ayant fait une consommation importante. Des études significatives n'ont cependant pas été faites qui permettraient d'affirmer une dépendance à ce produit. En fait, quand les effets du produit deviennent insuffisants, les utilisateurs qui recherchent réellement un effet drogue puissant ont tendance à l'associer à d'autres drogues ou à en changer.

La toxicité


La toxicité d'un produit est sa capacité à entraîner des effets secondaires dommageables voire fatals pour l'organisme. Les complications toxiques liées à l'ecstasy sont aggravées par les circonstances suivantes :

• La chaleur liée à la danse et la présence de nombreuses personnes en un même lieu ;

• La déshydratation ;

• L'impureté des comprimés vendus et leur mélange à d'autres substances comme les amphétamines.

Les complications possibles sont alors les suivantes :

• Hyperthermie avec une température corporelle pouvant monter jusqu'à 42 °C; et entraîner un état de déshydratation aiguë avec des convulsions cérébrales ;

• Des troubles du rythme cardiaque ;

• Une insuffisance rénale ou hépatique aiguë ;

• Des atteintes neurologiques qui peuvent s'accompagner de comas, et exceptionnellement de décès ;

• Un traitement en urgence de ces complications doit être fait et comprend une réhydratation intraveineuse, un refroidissement corporel (glace) et une surveillance médicale continue. Un lavage d'estomac peut être pratiqué si les produits ont été pris depuis moins d'une demi-heure.

Quelle prévention ?


Si l'abstention reste la meilleure prévention possible, l'information du public est indispensable pour éviter la banalisation de cette drogue et les accidents graves liés à la prise d'ecstasy.

Les effets à long terme de l'utilisation d'ecstasy sont encore mal connus. Tout le danger vient de la possibilité, même si elle est rare, d'accidents toxiques liés à la prise du produit. Il existerait une susceptibilité individuelle à la toxicité du produit qui s'ajouterait à d'autres facteurs de risques.

La présence d'associations médicalisées comme Médecins du Monde ou la Croix-Rouge sur les lieux des raves tente de répondre à deux exigences : l'information préventive et l'intervention rapide des secours en cas d'intoxication.

Certains pays européens ont mis en œuvre une information écrite à l'intention de tous les jeunes sur les lieux de scolarisation et aux endroits à risques (discothèques, soirées techno...).

Cette information prévient les jeunes des risques encourus et déconseille vivement l'usage d'ecstasy.

Elle s'accompagne également de conseils indispensables à suivre par ceux qui utilisent malgré tout ces produits:

• Utiliser la première fois une portion réduite de comprimé pour tester la réaction de l'organisme ;

• Ne pas mélanger l'ecstasy avec toute autre drogue ;

• Ne pas répéter les prises ;

• Ne pas abuser de ses forces, boire et uriner régulièrement au cours d'une soirée ;

• Connaître les premiers signes d'une intoxication: malaise général, chaleur anormale, troubles du comportement, évanouissements ou convulsions pour agir sans tarder.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant le bon fonctionnement du site www.bio-enligne.com.