Magasin bio en ligne

Lépidoptères: Morphologie de l'adulte, de la chenille et de la nymphe

SOMMAIRE

I. La Tête d'un papillon


La morphologie de la tête d'un papillon adulte se présente comme suit: 

Les antennes:

La tête d'un lépidoptère est de forme hémisphérique avec deux gros yeux composés et deux ocelles.morphologie d'un adulte de lépidoptères

Les antennes sont implémentées de part et d'autre de l'épicrâne, leur premier article, le scape est plus gros que les suivants, trop nombreux, qui forment le flagelle. Les deux antennes sont à la fois des organes olfactifs et d'équilibre.

Suivant les espèces, les antennes des papillons ont des longueurs et des formes très variées: terminées en massue (rhopalocères), sétiformes, fusiformes, dentées, pectinées ou bi-pectinées.

L'appareil buccal:

Seuls les papillons les plus primitifs, les microptérigidés (Micropterigidae), qui se nourrissent de pollen, ont des mandibules et des mâchoires fonctionnelles. Ils vivent principalement sur les lichens et les mousses.

Chez la majorité des lépidoptères, les pièces buccales sont transformées en une longue trompe spiralée à l'aide de laquelle les papillons aspirent leurs aliments liquides composés essentiellement de nectar des fleurs.

Chaque moitié du tube est creuse et composées de nombreux anneaux rigides, séparés par des membranes molles. À ces anneaux sont fixés de nombreux muscles obliques dont la contraction permet à la trompe de s'enrouler sous la tête au repos.

Dans certains groupes appartenant aux lépidoptères, la trompe est atrophiée et, par conséquent, les imagos restent à jeun!!!Haut de page - Magasin bio en ligne

II. Le thorax d'un papillon


Le thorax d'un papillon porte les pattes et les ailes. Il est constitué de trois segments.Thorax de lépidoptères

Le prothorax est réduit à un petit anneau en arrière de la tête. Le mésothorax est toujours le plus grand des segments thoraciques et porte un scutellum arrondi et bien développé.

À la base de chaque aile on trouve un sclérite triangulaire bombé, la tégula. Le métathorax est beaucoup plus petit que le mésothorax et s'imbrique particulièrement dans ce dernier.

Les pattes, articulées sur la hanche ou coxa, sont faites de trois parties mobiles: le fémur, le tibia et le tarse composé de cinq tarses munis de griffes en général. Notons que la paire de pattes antérieures peut être atrophiée chez certains papillons diurnes.

Les ailes sont grandes par rapport au corps, mais peuvent être réduites chez certains groupes de lépidoptères. Elles sont recouvertes de minuscules écailles qui s'imbriquent les unes aux autres comme les tuiles d'un toit.

Les couleurs des ailes ont deux sources:

a. Soit que les écailles contiennent des pigments originaires de poches d'air emprisonnée dans les poils qui composent les écailles. On parle de coloration pigmentaire.

b. Soit que les écailles ont une structure particulière, tel un réseau, et réfléchissent la lumière en la décomposant. C'est un phénomène naturel de résultant de la diffraction de la lumière. On parle alors de coloration optique.

Ces deux types de coloration des ailes des papillons sont souvent combinés et engendrent des couleurs très vives.

Les couleurs et les dessins des ailes ont un rôle variable selon les espèces, allant du camouflage (mimétisme) au signe de reconnaissance.

Chez les lépidoptères primitifs les deux paires d'ailes sont de taille et de forme identique mais, chez la plupart des autres groupes, les ailes antérieures sont beaucoup plus imposantes.

La nervation alaire la plus complète est celle des Micropterigidae. Elle tend à se réduire chez les autres familles de l'ordre des lépidoptères et les nervures transversales sont toujours rares. Néanmoins le caractère le plus frappant des lépidoptères supérieurs est l'existence d'une grande cellule discoïdale. Le couplage des ailes peut revêtir 4 formes différentes:

a. Jugo-Frénate (Microptérygoides).

b. Jugate (Hepialoides).

c. Frénate (Hétéroneures).

d. Ampléxiforme (Bombycoides).Haut de page - Magasin bio en ligne

III. Morphologie de la chenille d'un lépidoptère


Morphologie d'une chenille de lépidoptères

En règle générale, la distinction d'une chenille d'un papillon est à la portée de tout le monde. La larve a, en effet, comme tous les insectes, trois paires de pattes. Celles-ci sont d'origine thoracique et ne sont pas très développées.

La capsule céphalique de la chenille est grosse, plus ou moins sphérique, et porte 6 paires de stemmates. Les antennes sont très courtes.

Les pièces buccales broyeuses comprennent un labre, des mandibules robustes et en dessous, se trouve les maxilles dont les soient servent à goûter la nourriture et à la maintenir en position favorable.

Les segments abdominaux portent 5 paires de fosses pattes. Cependant des exceptions existent à ce schéma comme chez les Microptérigidés (8 paires), chez les Géométridés ou géomètres (2 paires) et n'existent pas chez les chenilles mineuses.Haut de page - Magasin bio en ligne

IV. Morphologie de la nymphe d'un lépidoptère


Chrysalide  de lépidoptères

Les segments abdominaux, au nombre de 10, sont plus ou moins visibles selon les espèces. À ce stade les appendices peuvent être soudés, à suture incomplète, ou libres. Certaines espèces d'Hétérocères ne disposent que d'un crémaster réduit voire absent.Haut de page - Magasin bio en ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne