Aleurodes: biologie, identification et plantes hôtes

Les aleurodes sont des insectes piqueurs suceurs qui comptent parmi les ravageurs les plus rencontrés et les plus redoutés sur plusieurs cultures maraîchères notamment la tomate.aleurodes aleyrodidae

Communément appelés mouches blanches, les adultes portent des ailes blanches évoquant de minuscules lépidoptères. Ce sont des ravageurs cosmopolites qui se développent sur diverses plantes hôtes, essentiellement en régions chaudes.

Les aleurodes appartiennent à l'ordre des Homoptères ou hémiptères (Hemiptera), Sous-Ordre des Stérnorrhynques (Le rostre part d'entre les hanches antérieures) et à la famille entomologique des Aleyrodidae. Celle-ci regroupe quelques 1200 espèces réparties en trois sous familles: Aleurodicinae, Aleyrodinae et Udamosilinae, mais seules quelques unes sont considérées comme ravageurs des cultures maraîchères: Bemisia tabaci (Gennadius), Bemisia argentifolii (Bellows & Perring), considérée comme biotype de B. tabaci selon les scientifiques européens, Trialeurodes vaporariorum (Westood) et Trialeurodes abutilonea (Haldeman).

Crédit photo: © gbohne - flickr.com - Aleurode adulte (Mouche blanche)

SOMMAIRE

I. Description et identification de l'aleurode


Les aleurodes sont des insectes de petites tailles (de 1 à 3 mm) qui tirent leur nom (Aleyron = farine) de leur aspect farineux du fait de l'existence de la purine blanc cireux qui couvre leurs ailes.aleurode adulte homopteres

La tête des aleurodes est pourvue d'antennes de 7 articles dont les 2 premiers sont fortement enflés alors que les autres sont effilés, portant des organes sensoriels particuliers. Les deux yeux sont gros plus ou moins séparés selon les espèces. Le thorax montre des segments bien individualisés. Les ailes antérieures sont arrondies à l'extrémité et leur nervation est réduite (sans nervures transverses).

Les pattes des aleurodes sont longues et grêles avec des tarses de 1 à 2 articles. Les postérieures sont aléatoires avec un prétarse de 2 griffes et un paronychium médian.

L'abdomen est arrondi et relié au thorax par un pédoncule étroit et globuleux qui constitue le segment abdominal. Il est aussi effilé à l'arrière et se termine par des armatures génitales bien développées. À la base se trouvent les glandes cirières.haut page magasin bio ligne

II. Cycle biologique de l'aleurode


Les aleurodes vivent en colonies, prenant refuge au-dessous des feuilles des plantes. Comme cité-dessus on reconnaît facilement l'adulte de la mouche blanche grâce à son petit corps jaune clair dépassant rarement 2 mm de long. Sa tête a une paire d'antennes de sept articles. Les ailes, bien visibles, sont blanches ou marbrées, recouvertes d'une cire farineuse blanche caractéristique.

La femelle de l'aleurode pond des œufs fixés sur des pédoncules minuscules à la face inférieure des feuilles.

La première génération d'œuf des aleurodes est pondue au printemps. Une deuxième génération voie le jour durant la période estivale (vers le mois d'août).

Lorsque les larves néonates sortent, elles s'écartent peu de leurs œufs. Elles ne quittent le chorion de l'œuf qu'à leur première mue, étant alors devenues des suceuses de sève sédentaires.

Les larves ovales, plates et immobiles (à l'aspect de cochenilles) s'amassent également au revers des feuilles.

Le développement post embryonnaire des aleurodes est allométabole: les larves du premier stade sont mobiles, les autres stades larvaires vivent fixées à leur support végétal par leur pièces buccales et par les sécrétions cireuses. Les pattes et les antennes, fonctionnelles chez les néonates, s'atrophient et ne sont plus que des moignons chez ces stades.

Lors du stade nymphal final (stade de la pupe), le corps de la larve est plus épais et se couvre de poils ou de sécrétions blanches et cireuses.

Au terme de leur développement, les larves du 2ème stade larvaire cessent de s'alimenter et se transforment en pupe pour y subir une métamorphose complète. Le puparium est un des éléments les plus importants utilisés en systématique, car sa forme, ses ornementations cireuses et les détails de la structure de l'orifice anal et des glandes cirières constituent de bons critères spécifiques.

D'autres part, il faut noter que la composition chimique des particules cireuses sécrétées par les aleurodes est similaires chez la plupart des espèces. Par conséquent, elles ne peuvent pas servir de critères de taxonomies fiables. À titre d'exemple, Bemisia tabaci et Bemisia argentifolii (Biotype B de B. tabaci) ont la même longueur de chaîne d'alcool C26 (nombre de carbones), la même longueur de chaîne d'aldéhydes C20 et la même chaîne d'esters de cire C46.

On peut facilement remarquer la présence des aleurodes sur les végétaux. Lorsqu'on secoue les plantes infestées, les petites mouches s'envolent rapidement et prennent les airs.

La larve et l'adulte de la mouche blanche rejettent des excréments sucrés sous forme de miellat. Celui-ci tombe sur les feuilles du dessous, qu'il rend poisseuses et qui se couvrent bientôt de fumagine noire.haut page magasin bio ligne

III. Différentes espèces d'aleurodes


On rencontre dans la nature de nombreuses espèces d'aleurodes. Les plus connues sont Aleurodes brassicae (aleurodes du chou), Dialeurodes citri (aleurodes des Citrus), Aleurothrixus floccosus (aleurodes floconneux des Citrus), Trialeurodes vaporariorum (aleurodes des serres), Bemisia tabaci (aleurodes du tabac), toutes se caractérisent par leurs ailes blanches. Les aleurodes de l'olivier, Aleurolobus olivinus, se distinguent par leurs ailes noires.

Beaucoup d'espèces d'aleurodes peuvent occasionner des dégâts, dont le plus important est la transmission des virus comme le TYLCVTrialeurodes vaporariorum et Bemisia tabaci sont les plus redoutables. Elles sont répandues dans les serres où l'on cultive les tomates et les concombres. Elles peuvent notamment s'attaquer à des cultures de plein air, comme le coton, par temps chaud.haut page magasin bio ligne

IV. Plantes sensibles aux aleurodes


Les mouches blanches s'attaquent à plusieurs plantes potagères telles que les tomates, les haricots, les fraisiers, les courgettes, les melons et les pastèques. Elles adorent aussi le tabac ainsi que les agrumes et d'autres arbres fruitiers.

Le rhododendron, le chèvrefeuille et Phillyrea (Filaire à feuille étroite) ont aussi leurs propres aleurodes.haut page magasin bio ligne

Références bibliographiques de la boutique bio en ligne